Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : MA FOLIE DOUCE
  • MA FOLIE DOUCE
  • : Ma folie douce, parce que j'ai décidé de tout quitter le temps d'une année, pour vivre mon grand rêve, pas forcément le plus fou d'ailleurs : voyager plus de 50 semaines autour du monde. Je laisse derrière moi mes amis, ma famille, mon travail, avec la soif de vivre de nouvelles aventures et de revenir plus riche de toutes ces expériences...
  • Contact

Les Articles Par Pays

21 mai 2012 1 21 /05 /mai /2012 00:00

Les porteños m’avaient parlé de Rosario avec des tremolos dans la voix… je ne sais pas si c’est la saturation des villes à cette étape de mon voyage, mais je n’ai pas spécialement été charmée par cette petite ville. Sans doute que je n’y ai pas passé assez de temps pour en découvrir les charmes cachés, mais j’avoue que de toute façon je n’avais qu’une envie, monter vers le nord !

 

Je me suis quand même baladée dans la ville et au bord du fleuve, sans doute aussi plus sexy sous un grand soleil.

P4241275

P4241267

 

Le soleil a fini par se lever et ma visite de l’imposant monument national dédié au drapeau argentin m’a permis de compléter ma culture du pays.

P4241270

P4241273

 

Un petit tour par le centre commerçant, avec des petits détails familiers

P4241274

 

un submarino pour la route dans le seul chouette café que j’ai trouvé en arpentant tout le centre ville pendant plus de deux heures

P4241277

 

et direction la gare routière -toujours aussi glamour- pour une petite journée de bus vers Cordoba.

P4251279

 

Cordoba qui pour le coup m’a beaucoup plus plu.

Seule ombre au tableau : le temps ! Quelques jours avant la température avait chuté de 10°C en une soirée à Buenos Aires, et bien sûr un peu plus au nord cela ne s’est pas arrangé, bien au contraire. Avec de gros nuages et par moments une petite bruine… bref, le retour du coupe vent jaune et de la polaire !

P4271311

 

On notera au passage la perte du bronzage, mais pas de panique, c'est déjà réparé.

 

La météo ne m’a pas empêchée d’apprécier cette super jolie ville plus grande que Rosario évidemment, mais à taille beaucoup plus humaine que Buenos Aires :

- son festival de bâtiments anciens et autres églises

P4261295

P4261297

P4261299

P4261300

P4261282

P4261285

P4261287

 

- sa grande roue, qui doit être en train de rouiller depuis à peu près 1972

P4271304

 

- les petits détails que j’aime relever, parce que cette année j’ai le temps de les voir

P4261302

P4271315

 

- et le contraste entre le dynamisme de cette ville et la réalité du quotidien : des cartoneros qui récupèrent les cartons dans les rues en charrette tirée par un cheval

P4261303

 

J’ai profité de bonnes nuits de sommeil dans une chambre pour une fois calme et au lit confortable (même si deux couettes étaient nécessaires pour se protéger du froid)

P4271310

 

avant d’embarquer pour une nuit en bus… avec la bonne surprise de découvrir le service à bord des bus argentins : un steward qui sert des rafraîchissements et un dîner digne de ce nom, meilleur que sur la plupart des compagnies aériennes que j’ai fréquentées ces derniers temps.

P4271322

P4271317

 

Arrivée à Salta sous les nuages, je ne me suis pas découragée et je suis partie à la découverte de la ville et à la recherche d’une agence de tourisme pour visiter les environs.

J’ai retrouvé avec plaisir l’ambiance rustique et colorée que j’avais tant aimée dans le nord du Chili… en même temps Salta en est proche, et surtout dans cette partie de l’Argentine l’influence des Andes se fait déjà fortement sentir.

P4281325

P4281330

 

Et puis comme à chaque fois que je ne m’y attends pas j’ai fait de supers rencontres dans mon hostel : un couple d’Australiens de Sydney, Belle et Dan, et deux autres Australiens, de Melbourne, Chris et Correy. Après avoir discuté quelques temps dans la cuisine nous avons décidé de monter à pied tous ensemble en haut du Cerro San Bernardo, pour admirer la vue sur la ville avant que la nuit ne tombe. Un super joli moment, où nous avons tous bien connectés et où j’ai pu de nouveau savourer l’accent australien !

P4281332

P4281333

 

Belle et Dan m’ont conseillé une agence qu’ils avaient testée, et le lendemain je suis donc partie avec eux en direction de Cafayate (n’oublions pas qu’en argentin ça se prononce « Cafachaté »), et de la Quebrada de las Conchas, des gorges aux allures de Grand Canyon.

P4291340

P4291406


Une journée absolument parfaite, d’autant qu’à cette altitude (près de 2000m) le soleil était au rendez-vous, avec un grand ciel bleu de montagne.

P4291337


Au programme, traversée des gorges, avec une guide super (je comprenais plein de choses en espagnol !!), qui notamment nous expliquait que la rivière, asséchée au moment de notre passage pouvait se montrer d’une violence extrême. Pour preuve cette route qui a été purement et simplement détruite il y a quelques années lorsque la rivière est sortie de son lit et a décidé de changer sa trajectoire

P4291346

P4291347


des arrêts dans les sites emblématiques comme « La gorge du diable », une sorte d’amphithéâtre à l’acoustique incroyable

P4291374

P4291373

P4291418

P4291425


des points de vue sur la vallée

P4291377

P4291404

 

des dégustations de vins

P4291393

P4291398

P4291400

 

et de glaces au vin (beurk)

P4291396

 

et une rencontre avec les lamas

P4291408

 

… mais je n’ai pas oublié ma mésaventure avec Patricio, le lama chilien que je tiens pour responsable de ma pseudo coqueluche qui avait durée deux mois à mon retour : cette fois-ci je ne me suis pas laissée embrassée

P4291410

 

J’ai dit au revoir à Belle et Dan, que je devrais peut-être recroiser en Bolivie ou au Pérou, puis je suis allée me coucher dans une chambre douillette –enfin c'est-à-dire sans lit superposés

P4301426

 

Le lendemain je suis partie plus au nord, dans la vallée de Humahuaca, connue pour sa montagne aux 7 couleurs.

P4301461

P4301431

 

Encore une fois un soleil de fou, un ciel bleu de rêve et des roches aux couleurs surréalistes.

P4301433

P4301447

 

Quelques petits villages typiques… parfois vraiment isolés

P4301444

P4301466


avec tout ce qu’il faut de petites églises,

P4301435

P4301483

 

de rues en terre ou pavées,

P4301448

P4301479

 

de marchés haut en couleurs et de bois de cactus typique de la région

P4301436

P4301485

 

un bon pique nique avec une française de mon bus

P4301476

 

la traversée du Tropique du Capricorne

P4301473

 

et je me suis fait déposer à Tilcara, n’ayant pas envie de redescendre dans la grisaille de Salta, et surtout parce que j’avais envie de passer un peu plus de temps dans ces belles montagnes.

P4301486

P4301488

P4301490

 

Moi qui cherchais un peu de rustique je n’ai pas été déçue : dans ce petit village à un peu plus de 2400m d’altitude aux rues soient pavées grossièrement soit en terre

P5011592

P5011593

P5021594


au terminal de bus digne d’un relais postal d’un autre temps

P5021596


à l’hôpital qui ne donne pas, mais alors absolument pas envie d’y faire un tour

P5021597

 

à la supérette pas plus grande que ma cuisine

P5011505

 

et à la place mignonne comme tout

P5021598

 

j’ai trouvé un hostel certes très spartiate, mais très accueillant.

P5011592

P5011502

P5011501

 

Malheureusement, après deux nuits je me suis réveillée avec des démangeaisons sur le visage… le retour des bed bugs ! Moi qui pensait m’en être débarrassée en quittant l’Australie, il s’avère que le problème est bel et bien présent en Amérique du Sud également. Je ne peux malheureusement pas y faire grand-chose, je croise les doigts pour la suite de mon voyage.

En même temps quand on voit comment le propriétaire de l’hostel lavait les draps… il n’y a pas vraiment de quoi s’étonner.

P5021605

 

Mais, bed bugs mis à part, les occupants de l’hostel étaient super sympas, et pour la troisième journée d’affilée j’allais faire de super rencontres : Ida une suédoise qui comme moi venait d’apprendre l’espagnol et qui parlait donc espagnol avec moi (et on se comprenait, si si), Mariel, une porteña hyper sympa qui corrigeait mon espagnol et m’apprenait du vocubulaire, Sebastian, qui travaillait à l’hostel et m’a appris à danser une danse folklorique de la région, et puis Clarisse et Fabrice, un couple de Français de Rennes qui partageait mon dortoir (avez-vous échappé aux bed bugs ?!) et avec qui je n’ai discuté qu’un petit moment avant de me coucher mais qui étaient vraiment sympas. Décidément, durant ces quelques jours les français ont marqué des points. Ca doit être l’Amérique du Sud.

 

Ida m’avait proposée de me joindre à elle et Mariel le lendemain pour partir en ballade avec un guide et quelques autres argentins… c’est chouette de n’être pas qu’avec des étrangers mais aussi avec des « touristes locaux ». Nous avons donc passé une bonne partie de la journée à crapahuter dans la montagne :

- vues à couper le souffle (je sais je dis tout le temps la même chose, mais c’est ce que je ressens à chaque fois)

P5011509

P5011515


- fossiles de plantes et de coquillages… là où la mer était jadis présente

P5011521


- et visites de grottes naturelles, avec accès difficile et «éclairage à la bougie

P5011522

P5011529

P5011531

P5011547

P5011548

 

De là-haut la vue était tout simplement incroyable

P5011555


et je pense que cette pomme savourée face à tout cela a été la meilleure pomme que je n’ai jamais mangée.

Dans ces moments-là, j’ai le sentiment d’être exactement là où je devrais être… et c’est trop bon.

P5011562

P5011564

P5011567

 

Au retour toujours ce même festival de paysages sous un soleil de plomb

P5011581

P5011590


avec des passages un peu cahotiques dans les descentes (bien contente d’être équipée correctement)

P5011578

P5011582


et des champs de cactus géants.

P5011587

P5011588

P5011591


En repartant de Tilcara, mon bus venait de Bolivie, nous avons donc eu droit à une fouille en règle par les gendarmes : tout le monde est descendu du bus et a dû présenter ses sacs.

Pour les touristes, surtout quand il n’y avait pas encore le tampon bolivien dans le passeport, pas de fouille du sac, mais pour les locaux avec tout leur chargement de fringues et autres marchandises ça n’a pas été la même histoire.

P5021607

 

Mais c’est finalement allé assez vite et j’ai pu arriver à temps à la prochaine gare routière pour déguster, avant de reprendre un autre bus, une de mes dernières empanadas avant de quitter l’Argentine. A peine gras donc.

P5021609

 

Et puis un vendeur de « dulce » (je n’ai pas bien compris ce que c’était), s’est pris d’affection pour moi et m’a offert une de ses pâtisseries : visiblement à base de fruits de la région. Un peu bourratif, mais vu comme il était sympa j’ai tout fini avant de monter dans mon bus.

P5021708

 

Et je suis repartie, avec le vendeur qui me faisait de grands signes d’au revoir. C’est chouette d’avoir un ami dans une gare routière.

 

Prochain article : San Ignacio Mini et les chutes d’Iguazu !

Partager cet article

Repost 0
Published by ma-folie-douce - dans Argentine
commenter cet article

commentaires

Beren 26/05/2012 15:22

On est au taquet ... Je penserai bien à toi au ski et à la braderie!!!

ma-folie-douce 26/05/2012 19:06



pfff... j'ai quand meme regardé les billets sucre-antalya... autant ddire que j'attendrai l'édition 2013! bon shopping :)



Berengere 26/05/2012 15:15

Contente de voir que tu t'eclates en Amérique du sud... Ça donnera l'occasion d'y retourner! Bref merci de me faire rêver en ce beau samedi ensoleillé !!

ma-folie-douce 26/05/2012 15:20



je vais rentrer avec encore plus de destinations à voir (ou à revoir) qu'avant mon départ... il va déjà falloir prenser aux prochaines vacances :) bisous et bonne préparation pour kemer ;)