Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : MA FOLIE DOUCE
  • MA FOLIE DOUCE
  • : Ma folie douce, parce que j'ai décidé de tout quitter le temps d'une année, pour vivre mon grand rêve, pas forcément le plus fou d'ailleurs : voyager plus de 50 semaines autour du monde. Je laisse derrière moi mes amis, ma famille, mon travail, avec la soif de vivre de nouvelles aventures et de revenir plus riche de toutes ces expériences...
  • Contact

Les Articles Par Pays

30 août 2012 4 30 /08 /août /2012 15:11

Voilà, ça y est, à l’heure où j’écris ces lignes j'ai atterri à Madrid… Je crois que je n’ai vraiment réalisé que c’était la fin du voyage qu’en sortant de l’avion toute à l’heure. Gloups.

Tout me semble un peu trop propre, les gens sont un peu trop bien habillés… bref je pense qu’il faut que je m’attende à un nouveau choc culturel. Et pourtant, tout le monde autour de moi parle encore espagnol…

Alors pour ne pas y penser je me replonge illico dans mon blog. Ca me donne l’impression d’être encore en voyage : après tout écrire ces articles a été pour moi l’un des fils rouges de cette année. Et puis j’ai plus de 5h à attendre en salle d’embarquement, alors je peux bien faire encore l’autruche pour quelques heures.

 

Allez hop ! retour en arrière de 2 semaines, me revoilà en Amérique du Sud.

Ah… ça va déjà mieux !

 

Toute contente que le bus fasse un arrêt avant la frontière, j’ai pu savourer mon dernier (cette fois c’était vraiment le dernier) Postobon. Oui, je sais, à ce stade c’était devenu une obsession… quand je disais que c’était addictif.

P8120810

 

Une dernière occasion de manger du cuy... malheureusement encore manquée. Pas de cochon d’Inde grillé pour moi cette fois-ci

P8120814

 

et mon dernier passage de frontière s’est fait sans problème. Et contrairement à la Colombie, dès le poste de frontière on trouve des boîtes aux lettres ! Et pour le coup il y en a à tous les coins de rue. En revanche 2,25 USD pour les timbres vers l’Europe, ça n’incite pas vraiment à écrire…

P8120815

 

Il m’aura quand même fallu un minibus, un collectivo, un autre collectivo, un bus et un taxi pour arriver jusqu’à Quito ! Et pour ce qui est des bus, on ne m’avait pas menti, l’Equateur détient la palme de la vétusté ! Quant à la déco Jean Paul II, après tout pourquoi pas.

P8120816


Et pourtant, à l’arrivé à Quito la gare routière est flambant neuve, on se croirait presque dans un aéroport !

P8140869

 

Mon séjour à Quito s’est déroulé en deux temps, avant et après Baños.

Les premiers jours le ciel était un peu couvert, j’ai trouvé la ville polluée, peu accueillante. Mais surtout j’étais de nouveau dans un pays différent, car même si la langue est la même -à quelques mots près, ce qui corse toujours un peu l’exercice pour moi-, les repères changent : nouvelle monnaie (des dollars US !!), nouvelles échelles de prix, nouvelle nourriture… bref j’ai l’impression de me répéter à chaque fois, mais même si avec l’habitude les changements de pays se font tout seuls, il y a quand même toujours un petit temps d’adaptation.

Et de ce fait, à mon retour quelques jours plus tard, non seulement le beau temps a changé le visage de la ville, mais après une semaine d’acclimatation j’étais de nouveau à l’aise et prête à conquérir Quito. Et à l’apprécier à sa juste valeur. Enfin les quartiers touristiques… le coup du Barrio Triste à Medellin ne m’a pas donnée envie plus que ça de partie à la découverte des quartiers sombres !!

 

Quito est une ville plutôt belle, très vallonnée et colorée,

P8130820

P8130823

P8130826


et j’avais la chance d’avoir, dans mon hostel aux lits douillets, une superbe vue depuis la terrasse, de jour comme de nuit.P8140868

P8140863

P8130855

P8130862

 

Avec -de ce que j’en ai vu- des quartiers biens distincts :

 

> le centre historique : toujours cette belle architecture de l’Amérique du Sud,

P8190952

P8190958

P8190964

P8190966

P8130860

 

des grandes places

P8190959

P8130832

P8130840

P8190965

P8190968


des musiciens de rue

P8190967


et même des concerts de jeunes rockeurs chrétiens devant les églises

P8190961

P8190963


des cireurs de chaussures

P8130830


et toutes ces petites choses à grignoter, comme ces empanadas garnies de riz et viande (un poil gras –sans surprise- mais délicieux)

P8130827


les quesadillas, pour une envie de sucré

P8130833


ou encore les « helados a la paila », des glaces préparées directement dans la rue, dans de grandes bassines en cuivre posées sur de la glace. Le tout sur roulettes bien sûr. La meilleure glace à la framboise que j’ai mangée.

P8190948

P8190949

 

Pour les slogans des enseignes, c’est facile, tout le monde dit la même chose « por major y menor » (si j’ai bien compris, le meilleur pour le moins cher) : que ce soit les supermarchés ou la moindre boutique du coin de la rue, personne ne cherche vraiment à se différencier.

P8190950

 

C’est dans ce quartier que ce trouve le marché, avec bien sûr une section « pommes de terre » impressionnante (même si finalement je n’ai pas vraiment eu l’impression d’en voir dans tous les plats),

P8130842

 

et où j’ai pu tester le ceviche équatorien : un aspect maronnasse bien moins appétissant que les ceviche du nord de la Colombie, mais toujours ce bon goût d’herbes et de citron vert.

P8130843


Et avec le débit à chaque stand, pas de doute sur la fraîcheur du poisson et des crevettes !

P8130848

 

Et le dimanche, une partie des rues de la ville est fermée aux voitures, et plein de monde se ballade en vélo.

P8190970

 

Et les rues piétonnes sont pleines, c’est la grande sortie familiale !

P8190953


D’ailleurs on voit un peu de tout, comme ces vendeurs d’accessoires pour animaux, qui se retrouvent vêtus de pied en cape, avec manteau, casquette et chaussons… on est loin des chiens errants de Colombie. Comme quoi entre deux pays voisins les différences culturelles, à quelque niveau que ce soit, peuvent être importantes.

P8190956

P8190955

 

Ou encore ces bonnets que j’ai vu un peu partout, et plus tard à Baños, représentant des personnages de dessins animés plus ou moins connus. Je trouvais ça marrant, mais quand j’ai vu une argentine débarquer dans mon hostel avec son bonnet « tête de schtroumph » je me suis dit que c’était quand même mieux sur les étagères des boutiques.

P8130852

 

> et puis la ville nouvelle, le quartier de Miraflores, qui attire les backpackers et la jeunesse locale avec ses bars et ses restaurants.

P8190912


Je n'y ai pas passé beaucoup de temps mais j’en ai profité pour manger un dernier burger sud américain, ça fait aussi partie de leur culture !

P8180911

 

Baños donc, un peu plus au sud, est connue pour ses ballades en quad, ses randos à travers les cascades environnantes, et ses eaux thermales.

De tout cela je n’aurai pas fait grand-chose… Mais j’ai de bonnes raisons !

Tout d’abord, à peine arrivée je me suis retrouvée terrassée par une nouvelle intoxication alimentaire… décidément, mon corps commence à fatiguer. Mais quel meilleur endroit pour tomber malade ?... Baños signifiant « bains » (en raison des thermes), mais aussi tout simplement toilettes…  D’autant que pour la première nuit, n’ayant pas trouvé de dortoirs libres je me suis retrouvée dans une chambre privée.

P8150874

 

Quand je dis que j’ai toujours une chance pas possible même dans les moments moins sympas. Et puis cette fois-ci j’ai retenu les leçons du passé et dès le lendemain matin je me fournissais en antibiotiques à la première pharmacie trouvée et le problème était résolu en moins de 48 heure. Mais c’est vrai que cela ne m’a pas trop incitée à m’aventurer au marché pour goûter les spécialités locales.

Le temps pluvieux ensuite m’a clairement découragée : quasiment 3 jours de pluie non stop. Si j’avais été un peu moins crevée j’aurai sans doute bravé la pluie et le froid (il ne faut pas croire que parce qu’on est en Equateur il fait toujours chaud ! en tout cas pas en hiver), mais là je n’en ai pas eu le courage.

Et enfin mon budget serré de fin de parcours ne me permettait pas vraiment de me payer toutes ces activités touristiques. Bon pout être très honnête, je préférais surtout garder un peu de ressources pour me payer des plongées aux Galapagos :)

 

Voilà quand même un aperçu de cette petite ville, même si j’ai passé pas mal de temps dans mon hostel à reprendre des forces, à trier mes photos, et à bavarder avec mes compagnons de dortoir, notamment Simon un anglais que j’avais déjà croisé à Sucre plusieurs mois plus tôt et que j’ai retrouvé par hasard. Décidément, jusqu’au bout ces petits hasards des voyages se seront produits.

P8150875

 

Une ville qui vit essentiellement du tourisme (pas seulement des gringos, aussi beaucoup d’Equatoriens), avec ses rues qui regorgent d’agences touristiques,

P8150876


de petits restos

P8150879


d’artisanat local

P8160882


ou encore de ces vendeurs d’espèce de guimauve façonnée sur le pas de porte de leur boutique et qui ensuite durcit… là encore, j’ai failli à mes obligations et je n’ai pas goûté.P8150873

 

Le tout dans un cadre ultra naturel, puisque Baños est entouré de montagnes, de cascades… même si tout cela était un peu caché par les nuages lors de mon passage.

P8180901

P8150872

P8150880

P8160885

 

J’ai quand même assisté au grand événement du moment : j’ai d’abord cru à un mariage, mais la supposée mariée me semblait assez jeune et se trémoussait quand même beaucoup dans sa robe rose bonbon à son arrivée en limousine, musique à fond.

P8160886

 

P8160889

P8160891

P8160892

 

Mais bon, comme tout cela se passait devant une église, et qu’il y avait des filles toutes coiffées, maquillées, en talons, robes de soirées et bouquets de fleur, façon demoiselles d’honneur à l’américaine, je me suis dit que encore une fois ce devait être seulement une façon différente de se présenter devant l’autel.

Plus tard, en surprenant les discussions d’un groupe de mon hostel, j’ai en fait compris de quoi il s’agissait : les 15 ans d’une jeune fille de la ville, qui visiblement était impliquée dans des actions sociales et était de ce fait ultra populaire. Visiblement donc les 15 ans constituent un rite de passage important pour les filles, un peu comme les « sweet sixteen » aux Etats-Unis.

 

Enfin la nuit l’église prend des airs de Walt Disney

P8170898


et je suis tombée sur du street art sympa :

P8160895

 

J’ai profité de mon retour à Quito (d’où j’allais prendre mon avion pour les Galapagos) pour aller visiter la mitad del mundo, autrement dit le site sur lequel se trouve la ligne de démarcation entre l’hémisphère nord et l’hémisphère sud.

Le site est conçu comme une sorte de parc d’attractions, avec ses boutiques et ses restos

P8190916

 

… en Equateur pas de baby food, les bébés mangent la même chose que leurs parents !

P8190939


et même des employés qui passent leur temps à nettoyer et entretenir les jardins.

P8190925

 

Il n’y a pas beaucoup plus à voir qu’un monument et la fameuse ligne de démarcation

P8190918

P8190928

P8190919


mais c’est marrant de se retrouver à cheval entre les deux hémisphères !

P8190937

P8190946

 

D’ailleurs tout le monde se fait prendre en photo et rivalise d’imagination pour trouver la meilleure pose.

P8190926

P8190930

 

Et j’ai même pu voir les costumes traditionnels du pays, notamment le pantalon blanc qui arrive à mi mollet et les sandales pour les hommes, avec cette famille en visite.

P8190944


Un passage éclair donc en Equateur, et j’ai du mal à dire si j’ai aimé ou non… je pense qu’il faut définitivement plus d’une semaine pour s’imprégner de l’ambiance d’un pays.

 

Prochain article : Galapagos !

Partager cet article

Repost 0
Published by ma-folie-douce - dans Equateur
commenter cet article

commentaires