Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : MA FOLIE DOUCE
  • MA FOLIE DOUCE
  • : Ma folie douce, parce que j'ai décidé de tout quitter le temps d'une année, pour vivre mon grand rêve, pas forcément le plus fou d'ailleurs : voyager plus de 50 semaines autour du monde. Je laisse derrière moi mes amis, ma famille, mon travail, avec la soif de vivre de nouvelles aventures et de revenir plus riche de toutes ces expériences...
  • Contact

Les Articles Par Pays

2 mars 2012 5 02 /03 /mars /2012 00:12

L’idée a germé lors de mon premier passage sur les Gilis, juste avant d’embarquer pour la croisière : je savais qu’après le départ de Béren il me resterait 6 jours en Indonésie, que le retour au voyage en solo serait sans doute un peu dur après tant de bons moments, je n’avais pas spécialement envie de retourner sur Bali, et surtout j’avais eu un coup de cœur et en passant à plusieurs reprises devant le dive shop Manta sur Gili Trawangan.

P1111204

 

Voir tous ces apprentis plongeurs qui, la journée étudiaient à la fois la théorie et la pratique, en piscine et en mer, et le soir se retrouvaient autour d’une Bintang bien fraîche pour débriefer, m’a donnée envie d’en faire partie : non seulement  j’ai eu envie de  me joindre à ces joyeux débriefs, mais aussi et surtout j’ai eu envie d’intégrer la grande famille des plongeurs.

J’ai donc décidé d’y retourner dès le départ de Béren et de m’inscrire aux 4 jours de cours qui allaient me donner la possibilité d’accéder aux profondeurs enchanteresses de l’Indonésie et, plus tard dans mon voyage et dans le futur j'espère, de tout un tas de spots aussi mythiques.

 

Je me suis installée dans un petit hôtel que Maike, rencontrée sur la croisière, m’avait conseillé : le moins cher de l’île quand on voyage seul.

Désormais habituée à la chaleur moite de l’île et à l’absence d’eau douce, et bien occupée toute la journée au dive shop, j’ai passé un très bon séjour dans cet hôtel : petite chambre sombre et étroite mais dans laquelle je n’ai passé que peu de temps, et sanitaires en bambou et en extérieur, plutôt mignons.

P1071151

P1111197

P1111198

P1111199

 

C’est seulement à l’aéroport le jour de mon départ que j’ai réalisé que pendant 5 jours et 5 nuits un (ou plusieurs d’ailleurs) petit intrus velu et doté d’une longue queue et de quenottes qui lui valent l’appellation de rongeur, a lui aussi bien apprécié mon séjour…

Quelques indices auraient du me mettre sur la voie, mais mon cerveau sans doute embrumé par les reliquats d’azote suite aux plongées (ça ne peut être que ça) a mis un peu de temps à rassembler les pièces du puzzle :

- d’abord le paquet de bonbons Haribo : Béren me l’avait donné le dernier jour, pour être sure qu’on ne les dévore pas ensemble en 5 min chrono et pour que j’ai les ai sous la main en cas de coup de blues après mon retour à la vie en solitaire. Au bout de quelques jours je me suis rendue compte qu’il s’était ouvert (j’avais du encore vouloir mettre trop de choses dans mon petit sac à dos et tout écraser), et que les quelques bonbons qui s’en était échappés étaient devenus tous gélatineux sous l’effet de l’humidité… comme mâchouillés (!)

- ensuite mes lunettes de piscines : emportées pour éviter de transporter un masque mais quand même pouvoir apprécier les fonds marins aux abords des plages, je les ai retrouvées un matin toutes écrasées au fond de mon sac. Et sans doute sous l’effet de la chaleur, et sûrement encore de l’humidité, la sangle en plastique s’était toute craquelée et déchirée… comme mâchouillée (!!)

- et puis c’est vrai que tous les soirs c’était pas mal la fiesta sur le toit de bambou de ma chambre… et ça faisait quand même trop de bruit pour être des cafards.

Finalement c’est seulement en refaisant mon sac à l’aéroport et en découvrant mon paquet de céréales tout grignoté que j’ai compris. Il m’aura fallu un peu de temps, mais je préfère quand même avoir passé toutes ces nuits sans savoir qu’un rat pique niquait dans mon sac à moins d’un mètre de moi !

 

Les 4 journées de stage se sont déroulées au rythme d’une petite routine loin d’être désagréable après 4 mois passés à ne pas avoir deux jours semblables :

- beaucoup de théorie à ingurgiter, avec un bouquin à étudier, des vidéos à regarder et des exercices à compléter pour s’entraîner au QCM final qui valide la partie théorique de l’examen.

P1081159

 

Le chaton "Monkey" m'a souvent tenue compagnie durant ces longues heures studieuses!

P1081152

 

- évidemment de la pratique : d’abord 2 journées en piscine pour apprendre les bases de la communication sous l’eau, et de gestes clés, des exercices de sécurité et l’apprentissage de l’entretien du matériel qui est quand même assez complexe quand on est novice

P1111201

 

puis par 2 plongées à 12m de profondeur et 2 autres à 18 m... enfin le grand saut!

P1101168

P1101170

P1101171

 

- tous les midis une pause dej, souvent largement occupée par les révisions, mais lors de laquelle je mangeais local de chez local : c’est l’avantage de trainer avec les instructeurs qui sont là à demeure, ils connaissent tous les bon plans. Et pour 1,50 dollars à emporter j’ai mangé les meilleurs repas de tout mon séjour en Indonésie

P1101166

P1111205

P1091162

 

- et le soir, débrief !

P1091163

 

Après un exam théorique empoché et la pratique validée par d'ultimes exercices de sécurité en mer (sur le bateau « Odette » qui m’a porté chance), j’ai pu fêter dignement ma Certification Open Waters !

P1111202

P1111203

 

Je peux désormais plonger jusqu’à 18m sans être accompagnée par un instructeur ! Mais bien sûr toujours en binôme, on ne plonge jamais sans un « buddy ».

 

Mon prof particulier Fabrice (j’étais la seule à m’inscrire le jour de mon arrivée), qui était français mais avec qui j’ai fait toute la formation en anglais - je voulais pouvoir replonger sans problème lors de mes prochaines étapes autour du monde – a veillé à ce que je découvre encore et toujours les spécialités locales, avec cette fois-ci l’Extrajoss, une sorte de Red bull puissance 10.

P1101209

P1101178

 

Je ne m’en suis sortie qu’avec un léger mal de tête le lendemain, qui n’a même pas entaché mon retour sur Lombok, pourtant sous une pluie battante.

D’ailleurs il a tellement plu que tous les bateaux pour Bali ont été annulés et il a fallu que je prenne un vol depuis Lombok pour être sûre de ne pas rater mon avion pour l’Australie le soir même.

P1111206

 

Prochain article : Sydney !

Repost 0
Published by ma-folie-douce - dans Indonésie
commenter cet article
2 mars 2012 5 02 /03 /mars /2012 00:00

Allez ce n’est  pas comme si j’avais 2 mois de retard pour cet article (et tous les autres à venir… s’ils arrivent un jour), donc je vais essayer d’être succincte.

D’autant que je ne suis pas sûre que vous soyez tellement intéressés par des infos périmées !

Mais au moins je vais essayer de faire rigoler un peu Béren à propos cette dernière étape indonésienne avec elle.

 

Dernière étape ensemble et retour sur la terre ferme… avec le petit mal de terre qui va bien après 6 jours en mer.

Et pas de pression pour ces deux derniers jours sur Lombok - en même temps ce n’est pas la pression qui m’étouffe depuis 6 mois !

 

> au programme du premier jour que des trucs sympas :

- petit tour en bemo jusqu’à la ville voisine

P1041025

 

- shopping

P1041028

 

- ballade dans la rue principale de Senggigi avec ses maisons traditionnelles

P1041030

P1041031

 

- et coucher de soleil… et oui on ne s’en lasse pas (notez le bronzage indécent à ce stade du voyage)

P1041033

P1041042

P1041051

P1041060

 

- avec  le petit bar sur la plage et les bateaux des pêcheurs locaux qui rentraient tous : super beau de voir ces petites embarcations de fortune avec leurs voiles elles aussi typiques de Lombok

P1041079

P1041082

P1041089

P1041085

 

Et bien sûr toujours aussi peu douées pour se prendre en photo, il aura fallu environ 20 tentatives pour celles-là, avec quelques buvage de tasses au passage :

P1041064

 

> et lendemain, ultime sortie de Thelma et Louise sur leur scooter, avec Béren toujours aux commandes (c’est fou comme j’ai la trouille de conduire un deux roues alors que je viens de passer 10 jours à conduire un camping-car plus grand que mon appart).

Et Béren avait décidé de laisser une bonne impression aux indonésiens, puisque mâdame a fait péter le combishort pour l’occas. Bon en réalité il en allait de la finition parfaite du bronzage sans marque sur les épaules…

P1051095

 

Allez un petit tour à la poste

P1051096

P1051100

 

et c’est parti pour une route de dingue, le long de la côte en remontant vers le nord, avec des plages plus belles les unes que les autres bordées par des cocotiers. Le paradis ?

P1051101

P1051101

P1051103

P1051107

P1051110

 

Avec quelques petits arrêts en chemin pour faire les malignes au soleil et se faire prendre en photo avec nos amis les locaux

P1051106

P1051113

P1051120

P1051122

 

Bon celui-là tire une tronche pas possible sur la photo alors qu’il a failli se faire écraser en traversant la route pour nous demander de prendre la pose avec lui… mais l'indonésien est timide, j’ai du l’affoler en passant ma main autour de sa taille. Ou c’est peut-être le casque. Ou le rapport de taille.

P1051109

 

Passage dans la campagne avec encore et toujours ces hommes et ces femmes courbés dans les rizières

P1051124

P1051125

 

Et bing la pluie ! On ne l’avait pas vue venir, mais comme toujours nous étions au top de la préparation et en deux temps trois mouvements nous avions revêtus nos magnifiques ponchos qui, après 2 grosses semaines d’inactivité au fond de nos sacs, sentaient désormais le rat mort. Pour les lecteurs assidus, notez bien qu’une anecdote concernant un rat, bien vivant cette fois-ci, fera bientôt son apparition (petit clin d'oeil teasing pour Claire-Lise!!).

Bref, même pas peur de la pluie, Thelma et Louise en version moins glamour que le combishort mais toujours avec le sourire et les fausses Ray Ban violettes ça donne ça :

P1051130

 

Bien sûr il aurait fallu nous voir rouler dans les flaques, ne voyant pas grand-chose derrière nos lunettes sans essuie glace et dégoulinant sous la pluie torrentielle !

P1051131

 

Et une fois le déluge passé, nous nous sommes offert le luxe du Coco Beach, un petit resto au bord de l’eau, avec des petites fleurs partout et même des caméléons.

Délicieux repas et atmosphère hyper zen, une bonne façon de terminer notre aventure sur Lombok, et de clore ces vacances avec Béren, puisqu’elle repartait déjà le lendemain vers des horizons malheureusement un peu plus urbains et froids en ce début janvier. 

P1051133

P1051135

P1051136

P1051137

P1051140

P1051146

 

PS : depuis le bronzage a bien passé... même pour moi de ce côté du globe!

 

Prochain article : Certification Open Waters à Gili Trawangan !

Repost 0
Published by ma-folie-douce - dans Indonésie
commenter cet article
10 février 2012 5 10 /02 /février /2012 00:00

 En 5 mois, me voici pour la première fois bloquée par la pluie. Pourtant je vous ai raconté les pluies torrentielles de Saigon, et j’ai quand même passé un mois en Indonésie en pleine saison des pluies…

Mais aujourd’hui à Port Macquarie, et après une 3ème tentative  de passer entre les gouttes qui vient d’échouer, je me résous à lâcher la partie : tant pis je ne ferai pas la ballade qui mène au phare. A la place, après midi cocooning sur l’ordi, ça fait du bien aussi de temps en temps. Ambiance studieuse dans mon dortoir : 3 suédois qui bouquinent et moi sur mon ordi, avec en bruit de fond la pluie qui tombe dans la jardin (avec piscine, je précise !).

 

Me revoilà donc, le temps d’un article, replongée un mois en arrière, toujours en Indonésie.

Notre court séjour sur Gili Trawangan nous a quand même permis de trouver une croisière de 5 jours pour aller jusqu’à Flores, au départ de Lombok que nous avons traversée en bus, et en passant par Komodo. Plusieurs personnes rencontrées en Asie m’en avaient parlé avec des tremolos dans la voix… visiblement un must pour le packpacker qui foule les terres indonésiennes.

 

Et effectivement, quelle super expérience !!

Déjà le fait de passer 5 jours sur un bateau… qui en réalité se sont transformés en 6 jours car nous avons été bloqués près de 24h dans une baie en raison d’un orage entre Lombok et Komodo ! Je n’avais jamais passé autant de temps « en mer », même si nous n’étions jamais loin de côtes et nous arrêtions plusieurs fois par jour sur des îles… j’ai donc fini par connaître ce qu’est le mal de terre au retour !! C’est assez déroutant de se sentir tanguer sur la terre ferme.

 

Le bateau n’était pas très grand, mais vu que nous n’étions qu’une quinzaine, équipage compris, nous arrivions à tous trouver notre espace et à ne pas nous marcher dessus.P1030953

P1020894

P1030954

P1030919

 

Une belle brochette de touristes des 4 coins du monde : un couple de hollandais et une autre hollandaise qui voyageait seule (Maike), un couple de polonais, un couple d’argentins (Lucio et Heidi, que j’espère revoir à Buenos Aires), une allemande et nous ! Tous à peu près de notre âge, certains en voyage de noce (Lucio et Heidi), d’autres en vacances d’hiver pour quelques semaines (les polonais) et d’autres encore en tour du monde comme moi (les français) ou en voyage en Asie pendant quelques mois (Maike).

Un bon petit groupe avec qui nous avons passé de supers moments.

P1010761

 

Et bien sûr l’équipage indonésien, que des mecs, tous aux petits soins pour nous, avec un chef cuisinier qui devait avoir 17 ans et demi (j’exagère à peine) et qui assurait carrément vu l’espace restreint qu’il avait pour tout préparer… même pas 1m² derrière le bar !

P1031021

 

Certes le confort était sommaire (pas de tables/chaises, pas vraiment de sièges sur le pont… de toute façon par moment la mer était tellement agitée que tout aurait foutu le camp), mais étonnamment il y avait quand même 3 toilettes / douches (le tout-en-un indonésien), et même si ce n’était pas de l’eau douce, nous n’étions pas vraiment limités en eau et pouvions nous doucher plusieurs fois par jour.

 

Pour ce qui est du couchage, nous avions pris l’option nuits sur le pont (plutôt qu’en cabine) car on nous avait dit que ce n’était pas vraiment moins confortable, et qu’en plus d’être moins cher cela nous éviterait de crever de chaud dans une cabine de 2 m².

Tous les soirs nous disposions des mini matelas sur le sol et essayions de nous créer notre petit coin… et tous les matins on remballait tout pour que cela redevienne un espace commun.

P1030918

P1020898

 

Equipées de masques pour les yeux (il faisait jour avant 6h), de boules quies (le moteur n’était quasiment jamais coupé, d’autant que c’est généralement la nuit que nous parcourions les plus grandes distances), de nos sacs de couchage et de nos petites écharpes, la seule chose contre laquelle nous ne pouvions rien faire était l’humidité. Et la nuit, en mer, qui plus est avec les embruns quand on avance, tout prend l’humidité.

PC290580

 

Pendant 6 jours, toutes nos affaires, même dans les sacs étaient poisseuses (je ne parle pas de l’état de nos cheveux et de notre peau), mais comme de toute façon il n’y a rien à faire contre cela, ça ne nous a pas plus gênées que ça.

P1030923

 

Et franchement pas de quoi gâcher notre plaisir! Car ces 6 jours ont été absolument fabuleux !

Dès le premier jour, nous avons accosté sur une petite île que la compagnie qui organise les croisières entretient : il y a 15 ans cette île était encore déserte, et depuis ils ont construit quelques cabanes, mais surtout ils ont replanté de la végétation afin de ralentir l’érosion et d’éviter sa disparition à terme.

Un vrai petit coin de paradis, dont on fait le tour en quelques minutes mais qui offre des vues imprenables, notamment sur Lombok au coucher du soleil. P1020773

PC292932

PC292939

PC292952

 

Nous y avons dîné le soir, et l’équipage nous a fait un petit concert autour du feu, et nous avons tous participé à une sorte de chorégraphie rituelle orchestrée par notre chef de croisière… en somme les crazy signs du Club Med, mais paumés sur une île au large de Lombok !

PC290559

PC290571

 

Au programme des jours suivants, arrêts sur les îles qui étaient sur notre chemin, avec quasiment tous les jours des petites ballades qui nous ont permis :

- de nous baigner dans un lac d’eau douce (agréable quand on n’a accès qu’à de l’eau salée)

PC300581

 

- de voir, sur Komodo, les fameux dragons… et même si comme ça on dirait seulement des très gros lézards, parfois ils se mettent à souffler comme s’ils allaient cracher du feu, et on comprend pourquoi on les appelle les dragons de Komodo !!

PC310670

PC310631

P1010747

P1010757

 

Et quand on sait que ces petits rennes qui se baladent tranquillement sur la plage (cherchez l’erreur ! … moi qui pensais qu’ils ne vivaient que dans les pays froids) se font manger tout crus par les dragons, ça fait un eu froid dans le dos de se retrouver face à face !

PC310655

PC310659

P1010750

 

- d’admirer les grands espaces du parc national de Komodo

P1010742-copie-1

P1010752

P1010748

 

- d’aller à la rencontre des habitants d’un village qui n’avaient pas vu de touristes depuis plus d’un an… autant dire que pour les enfants qui n’en avaient sans doute aucun souvenir, nous étions des extra terrestres ! Mais comme d’habitude ils étaient hyper curieux, et en cela hyper touchants… un joli moment très émouvant.

PC300617

PC300613

 

- de découvrir dans un autre village, recouvert de rizières et largement habité par des buffles d’eau (ils adorent prendre des bains pour se rafraîchir!), que les fillettes adorent jouer au volley-ball 

P1030932

P1030931

P1030934

P1030930

 

- et de nous prendre pour Tarzan (Jane) suspendues à une corde au-dessus d’une petite cascade

P1030946

P1030947

P1030948

P1030949

P1030950

 

Mais surtout, et c’est ce qui faisait vraiment l’intérêt de cette croisière, nous nous arrêtions plusieurs fois par jour aux abords d’îles désertes pour faire du snorkeling sur des coraux quasiment intacts (pas de pêche à la dynamite dans le parc national Komodo) et au milieu de poissons tellement beaux et tellement nombreux qu’on avait tout simplement l’impression de nager dans un aquarium tropical. Malheureusement  les photos sont loin de rendre toute la magie de ces longues heures passées le nez dans l’eau, mais j’en ai vraiment pris plein les yeux !

Sans compter bien sûr que le soleil était omniprésent et que l’eau était en moyenne à 29-30°C… il faisait quel temps chez vous entre Noël et Nouvel An ? ;)

PC310674

P1030964

PC310679

PC310697

P1030988

P1030971

P1030977

P1030980

P1030982

P1030985

P1030987

P1030989

P1030992

P1030994

P1031002

PC300586

PC300590

PC300601

PC300606

PC300607

PC310681

PC310683

PC310684

PC310689

 

En parlant de Nouvel An, pas de grandes festivités, mais le fait d’être dans ces îles rendait déjà le moment exceptionnel.

Nous étions arrivés sur Flores dans l’après midi du 31, et après un petit tour dans la ville, avec notamment son hôpital qui ne donne pas envie une seule seconde de se blesser, ses petites maisons et un charmant palmier de noël, 

PC310701

PC310703

PC310706

PC310716

 

nous sommes tous remontés sur le bateau pour dîner et faire la fête. Avec en cadeau bonus un renouvellement des passagers, puisque nous n’étions que 6 à rentrer à Lombok (les autres restaient sur Flores). Et quel renouvellement ! Autre ambiance, autre dynamique… D’un côté les jeunes et de l’autre les moins jeunes… entre Gilbert et Françoise qui avaient trop d’embonpoint pour ne serait-ce que descendre du bateau, un français puant qui avait tout-vu-tout-fait et qui traitait sa femme vietnamienne comme une moins que rien et une famille avec 3 enfants… Drôle de soirée !

PC310719

 

D’autant qu’à 19h30 le dîner était fini, et que nous étions coincées à quai, à côté d’un mini décharge, jusque tard dans la nuit.

P1020916PC310722.JPGPC310725.JPG

 

Mais ça ne nous a pas empêché de profiter de nos derniers moments tous ensemble.PC310726.JPG

 

Et le 1er janvier, et bien la routine : snorkeling dans un des plus beaux endroits de la terre, et nouveau tête à tête avec des dragons de Komodo !

Avec quand même un petit moment de solennité au moment de déguster les 2 petits chocolats offerts en cadeau de départ de Nusa Dua… les dernières reliques de la magie de Noël.

P1010771

 

Au final, l’ambiance de la 2ème partie du voyage a été vraiment bonne, mais il est vrai que nos amis Françoise et Gilbert ont particulièrement mal vécu la journée de tempête, ambiance gerbouli dans le bateau, sur le pont, dans leur cabine… miam !

Cette fameuse tempête qui nous a fait gagner une journée bonus, mais à cause de laquelle nous avons du nous arrêter dans une baie : déjà parce qu’il n’était pas raisonnable de continuer, et aussi parce que le capitaine sentait qu’on commençait à devenir fous, bloqués depuis des heures sur le bateau.

Cet arrêt a donc été l’occasion d’un bon moment de défoulement, à tous sauter frénétiquement du bateau !

P1020785P1020784

P1020836

P1020837

 

Sinon il nous restait aussi l’option de la mini télé au-dessus du bar, avec les soaps indonésiens… qu’à cela ne tienne, on faisait nos propres doublages !!

PC300609

 

Quelques jours vraiment supers qui se sont terminés par un top coucher de soleil et un retour en bus où finalement tout le monde était claqué de toutes ces activités !

P1020907

P1020899

P1031023

P1031024

 

Prochain article : Senggigi !

Repost 0
Published by ma-folie-douce - dans Indonésie
commenter cet article
4 février 2012 6 04 /02 /février /2012 23:29

Et le lendemain nous sommes arrivées sur les so famous Îles Gilli, au large de Lombok! Un nom qui me faisait rêver depuis longtemps, et ça y est nous y étions !

PC272809

 

Plus précisément sur Gili Trawangan, avec de l’électricité mais pas d’eau douce (sympa les douches à l’au salée)

des rues en terre et aucun véhicule motorisé, seulement des attelages tirés par des chevaux et des vélos

et bien sûr ses plages de rêve !! Bref on a l'impression d'être loin de tout, dans un autre monde!

PC272817

 

Toujours un peu étonnant, la légalisation -apparente en tout cas- des champignons hallucinogènes. Nous ne pourrons pas témoigner, mais vu le nombre de panneaux de ce type sur toute l’île, le business doit bien marcher !

PC272816

 

C’est d’ailleurs sur une des plages de Gili Trawangan que nous avons retrouvé Sam et Lucy (si vous vous souvenez, je venais de dire à Béren « ce serait sympa de recroiser des gens que je connais », quand j’ai tourné la tête et les ai aperçus dans l’eau !), avec qui nous avons passé une super soirée : au programme pizza, une fois n’est pas coutume (et c’est quand même un peu local puisque la plupart des restos ont des fours à bois sur cette île ! va savoir pourquoi…) et bar hyper animé de la ville !

PC282905

PC272852

 

On notera que Béren, après avoir adopté les Ray Ban violettes, ne se défaisait plus non plus de ce magnifique petit cabas mongolien (véridique) gris, pourtant un tantinet critiqué au départ. Je trouve qu’il lui allait à merveille et lui donnait ce petit je-ne-sais-quoi qui fait la différence. Bon ok c’était peut-être le combi-short.

PC272842

 

Le lendemain nous sommes allées sur une autre des trois Îles Gili, Gili Air : plus sauvage, moins de touristes, et tout ce qui fait que ces îles sont définitivement paradisiaques !

- ses plages

PC272812

PC272818

PC282868

PC282885

 

- son petit chemin de sable qui fait le tour de l'île, entre plage et palmiers

PC282867

 

- ses eaux translucides avec les petites étoiles de mer qui vont bien

PC272820

PC282873

PC282872

 

- ses petits bancs et autres terrasses ombragées au bord de l’eau

PC282874

PC282862

PC282888

PC282890

PC282883

 

parfaits pour déjeuner et ensuite tomber doucement dans les bras de Morphée

PC282861

PC282897

 

- ses petits bungalow traditionnels

PC282882

 

- mais aussi une vision assez psychédélique des bars et des cafés !

PC282876

PC282860

 

Pour finir sur un note gourmande, une mention spéciale pour les carottes à la noix de coco sur Gili Air : je n’avais aucune idée de ce que j’avais commandé mais ça a été une très bonne surprise !

PC282889

 

Prochain article : Croisière Lombok – Komodo – Flores !

Repost 0
Published by ma-folie-douce - dans Indonésie
commenter cet article
3 février 2012 5 03 /02 /février /2012 00:00

Après l’aéroport… les urgences ! Pour ceux qui n’ont pas encore eu l’info, je me suis cassé le nez à Brisbane il y a deux jours, et après avoir réglé quelques détails d’assurance, me voici dans la salle d’attente des urgences. Avec de nouveau plein de temps pour vous raconter tout ce qui s’est passé… avant de me casser le nez (ça se sera dans l’article sur Brisbane !)

Bon évidemment, la salle d’attente des urgences ce n’est pas l’endroit le plus sympa du monde pour me poser un peu et écrire mon blog (certains savent à quel point je déteste les hôpitaux –certes, comme la plupart des gens-), mais au moins j’ai la chance d’être dans une grande ville en Australie et pas au fin fond de la Papouasie, donc je ne me plains pas.

 

Alors reprenons le fil de mon voyage, toujours avec ce petit mois de décalage qui donne tout son charme à ce blog, n’est pas ?!

Après quelques jours de luxe, le retour à la réalité ne s’est pas fait attendre… mais loin de nous morfondre nous avons au contraire vraiment apprécié de repartir à l’aventure !

Bon c’est vrai que le bus local avec la musique à donf et la clim tellement mal réglée qu'on avait l’impression de nous rendre aux sports d’hiver nous ont fait un choc… mais un petit tour au McDo de Sanur pour se repoudrer le nez, une petite pause photo avec Ronald qui gardait un œil vigilant sur tous nos sacs pendant que je cherchais une guesthouse dans le guide, et on reprend vite le rythme des packpackers !!

PC252729

 

Après une nuit excellente et sans toux (trêve de noël ? ou peut-être tout simplement du sommeil à rattraper…) dans une petite guesthouse qui ne payait pourtant pas de mine, nous sommes quand même parties faire un tour dans Sanur.

PC262730

 

L’impression à l’arrivée la veille au soir avait été un peu affreuse, ambiance vieux européens qui « dînent » avec des jeunes femmes locales (je ne m’y fait toujours pas), bref la ville un peu glauque qu’on nous avait décrite. Mais une fois le jour levé, et après un bon petit dej, notre petite ballade sur la plage nous a fait changer d’avis, et même si nous n’avons pas eu le temps d’en profiter, car nous voulions rejoindre Padangbai dès que possible, nous avons passé une bonne matinée.

 

Et là, sortie de nulle part, est arrivée la Kopi-mobile !!

PC262735

 

En indonésien, Kopi signifie café, et il s’agissait en fait d’un bemo (mini-bus local) qui avait été stické aux couleurs d’un café de la ville !

C’est Béren qui avec son œil de lynx l’a repéré (en termes de transport, plus c’est local, plus ça lui plait), et après une petite négo pour le plaisir, nous sommes parties pour Padangbai, à environ une heure de route. Toutes contentes de nous !!

PC262732

 

Padangbai, super petite ville de la côte Est, avec sa rue principale,

PC272803

 

ses guesthouses et café hyper sympas, parfois littéralement les pieds dans le sable

PC262737

PC262738

 

et ses superbes plages

PC262741

 

avec en particulier une plage de sable noir sur laquelle on a assisté à un coucher de soleil canon (je ne m’en lasse toujours pas) avec une lumière incroyable qui mettait en valeur nos teints hâlés et surtout nos plus belles grimaces !

PC262751

PC262753

PC262757

PC262766

PC262767

 

Notre chambre était plutôt sympa, avec même des petites étagères sur lesquelles nous avons pu exposer fièrement les totems reçus en cadeau au Club Med.

PC262802

PC262800

 

On a eu droit à une sacrée averse le soir, mais même pas peur, on était de toute façon déjà dans l’eau puisqu’on savourait la petite bière de l’amitié dans un bar piscine près de notre guesthouse !

PC262791

PC262775

PC262786

 

Prochain article : les Îles Gili !

Repost 0
Published by ma-folie-douce - dans Indonésie
commenter cet article
28 janvier 2012 6 28 /01 /janvier /2012 02:10

En plus d’arriver avec un paquet de SchokoBons, Béren m’a annoncé l’air de rien à son arrivée « ah au fait, on passe Noël au Club Med ». Yeaaaaaaaahhhhhh !!!!!

Bien sûr le principe de ces quelques jours n’était pas de découvrir le pays (même s’il y a eu une super soirée consacrée à des jeux locaux avec une sorte de loto, des dominos, des bambous au-dessus desquels il fallait sauter en rythme), donc ne vous attendez pas à voir des paysages incroyables ou des visages marquants (quoi que nous, on commençait à avoir de bonnes couleurs) : certes une petite entorse au programme tongues et sac à dos à la roots pendant un an… mais bon, c’est ça aussi la magie de Noël ;)

 

Nous voici donc parties pour quatre jours dans un autre monde : au programme, luxe, calme et volupté, mais aussi la tonne d’activités… et les buffets à volonté !

 

Un village absolument parfait (je fais un peu de pub au passage…) avec  la chambre grand luxe

PC222555

 

dans laquelle pour la première fois depuis 3 mois et demi j'ai pu défaire tout mon sac et ranger toutes mes affaires dans un placard… bon c’est vrai que « toutes » mes affaires ça ne fait quand même pas grand-chose !

PC222561

 

la petite terrasse qui va bien

PC222557

 

et qui donne sur un jardin incroyable

PC222567

 

qui lui-même donne directement sur la plage

PC222572

PC222570

 

une piscine de folie (là c’est la vue depuis le resto…) avec transats et petits cabanes de plage à rideaux rouges, ultra confortables

PC232574

 

des buffets de dingue, allant de la bonne entrecôte bien saignante (oui, bon j’avoue, le mouton, puis le poulet, j’aime bien mais rien ne remplace un énorme morceau de viande rouge !)

PC222565

 

aux spécialités coréennes, japonnaises, taïwanaises (clientèle asiatique oblige) et bien sûr indonésiennes, en passant par des fruits de mer de fou notamment pour le dîner de Noël !

PC242672

 

et la fameuse activité cirque où nous nous sommes illustrées dans les airs, entre trampoline et trapèze volant, c’était canon, totalement addictif !! Notre petit rituel à 16h tous les jours, qui nous a permis de rencontrer plein de gens intéressants… et oui en vacances, au soleil et dans un club de rêve, tout est parfait ! PC252716

PC252721

PC252723

PC252720

PC242646

PC252719

PC252724

PC252725

 

Nos journées se sont donc doucement écoulées, avec pour activité principale la gestion du flot de nourriture (on a toujours un peu tendance à s’emballer les premiers jours), ainsi que la préparation des festivités de noël avec petits bonnets un peu ridicules (je m’étais pourtant promis de ne pas en porter !!) mais tellement de circonstance et kiffants à porter avec un maillot de bain.

PC242640 bis

PC242635

PC242630

 

On a quand même fait un peu de snorkeling histoire d’explorer les fonds de cette région de Bali…

C’était juste avant de traverser un ban de méduses pour remonter sur le bateau. Une petite douche au vinaigre sur le pont c’est toujours agréable !

PC242610

PC242626

 

Et l’apothéose a été la soirée de noël ! Très différente de tous mes autres noël, car loin de ma famille et au soleil, mais ils ont vraiment mis le paquet pour donner au village des airs de magie.

Je ne vais pas en remettre une couche sur le buffet, mais après un dîner de fou et moultes spectacles, nous avons eu droit à un fire show sur la plage

PC232586

 

 puis un feu d’artifice

PC242679

 

et du champagne qui coulait à flot

PC252726

 

La fête s’est terminée, très tard (très tôt)

PC252686

 

et on a passé une soirée vraiment énorme, avec un lendemain matin un peu difficile. On notera que mes fausses Ray Ban violettes récupérées je-ne-sais-plus-comment-à-Vang-Vieng on particulièrement plu à Béren…

PC252707

 

En somme, un Noël vraiment inédit.

 

Le lendemain le père noël est arrivé en traineau à cheval (honnêtement ils sont super forts mais les rennes c’était vraiment impossible), depuis la plage jusqu’à la piscine, accompagné par une fanfare qui réinterprétait des airs de noël à la mode balinaise (beaucoup de clochettes)… Pere-noel.jpg

 

Et nous sommes reparties comme nous sommes arrivées, à pieds et nos sacs sur le dos (autant dire du jamais vu pour les mecs de la sécurité à l’entrée), vers de nouvelles aventure!

PC242641

 

Prochain article : Sanur, Padangbai et les Îles Gili !

Repost 0
Published by ma-folie-douce - dans Indonésie
commenter cet article
28 janvier 2012 6 28 /01 /janvier /2012 02:00

Petit flash back deux mois en arrière : fin novembre Bérengère ne savait toujours pas où elle allait partir pour ses 3 semaines de vacances de mi-décembre à début janvier. Alors sur un coup de tête, et bien que j’avais dit que je voulais limiter au maximum les « visites » pour vivre mon expérience à fond, je lui ai proposé de me rejoindre en Indonésie. Après tout c’est quand même chouette de passer les fêtes de fin d’année avec une copine. On était plutôt habituées à skier ensemble, mais la version soleil et plage nous a bien convenu aussi !

Je vais vous épargner toutes nos parties de fous rires et nos grandes discussions le soir avant de se coucher (ça fait du bien de retrouver les copines pour ça… même si on rencontre des gens formidables pendant un voyage comme le mien, ce n’est quand même pas pareil !), d'autant plus qu'en près de 3 semaines le rythme des visites et des découvertes a été très intense ! J’avais dit que ce serait bien de me poser en Indonésie après 3 mois, mais j’ai vu et fait tellement de choses là bas que je ne regrette pas d’avoir un peu changé mes plans !

 

Après une arrivée au timing parfait -moins de 2 minutes après avoir récupéré mon sac sur le parking du terminal de bus j’ai entendu un « Cariiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiine » étonnamment familier… Béren venait juste de descendre de son taxi !- et des retrouvailles bavardes (un flot ininterrompu de paroles de part et d’autre pour tenter de rattraper en une heure les 3 mois et demi précédents), nous avons trouvé à Ubud la guesthouse parfaite : une chambre hyper propre (sauf les draps, mais bon, on ne peut pas tout avoir !) et spacieuse avec terrasse, au fond d’un grand jardin luxuriant, avec son petit temple bien sûr, et avec des rizières en arrière plan.PC192455PC192456

 

Et pour notre première soirée, ça a été photos, petit thé et SchokoBons apportés par Béren… un petit goût de noël avant l’heure ! Kinder ce n’est peut-être pas du vrai chocolat… mais c'est trop bon quand même!!PC192457

 

J’ai été vraiment charmée par Ubud : ses petites rues débouchant sur des petits jardins fleuris avec toujours un petit temple

PC202463

PC202460

 

 ses offrandes sous formes de petits paniers préparés et déposés littéralement à tous les coins de rue chaque jour

PC202459

 

ses fleurs fraîches de frangipanier (encore une grosse pensée pour toi Gé !) en déco partout

PC202461

 

ses temples avec port du sarong (par respect) obligatoire

PC202486

PC202491

 

et sa monkey forest avec tous ses petits singes super mignons… mais hargneux si on leur cherche des noises !

 

PC202495

PC202499

 

De quoi faire oublier la seule et unique phrase que semblent connaitre les 500 chauffeurs de taxi qui se partagent le marché (ça fait beaucoup pour une petite ville… ils sont donc partout, tout le temps) : « Yes taxi ?... ». Ah non pardon ils en connaissent une autre quand on leur dit non « Maybe tomorrow ?... ».

 

Au programme pour notre première matinée : des trombes d’eau ! Mais qu’à cela ne tienne, nous avons prévu d’aller voir le temple de Goa Gaja, et rien ne nous arrêtera ! On sort donc les capes de pluie et on part en vélo !

PC202464

 

Les locaux n’en revenaient pas, ils nous faisaient des grands signes depuis leurs voitures et leurs échoppes et nous disent de nous arrêter parce qu’il pleut (on n’avait pas remarqué !). En même temps c’est vrai qu’en pédalant on a de l’eau jusqu’au milieu des chevilles… mais au moins ça lave les pieds et les tongues !

Même s’il a fallu redonner un petit coup plus tard dans la journée !

PC202503

 

La bonne surprise à l’arrivée à Goa Gaja après une petite quarantaine de minutes de vélo, c’est que la pluie avait fait fuir les touristes ! Dans un temple et une jungle qui sont apparemment habituellement bondés nous n'étions que trois en tout et pour tout : Béren, moi et Albert, un néo-zélandais qui avait trouvé refuge sous un grand palmier pendant l’orage et en profitait pour écrire dans son journal de bord.

PC202472

PC202467

PC202476

 

Sur le chemin du retour, la pluie s’était arrêtée et j'ai repris goût à la nourriture asiatique. Mieux, j'ai découvert les spécialités locales indonésiennes : un super déjeuner dans une gargotte sur la route, un des moins cher de tout le séjour et pas des moins bons ! Avec en prime un petit jeu de l’oie indonésien qui nous aura bien occupées !!

PC202481

 

Le lendemain, changement d’ambiance, nous faisons un remake de Thelma et Louise… mais en scooter, sans rien avoir volé et en évitant le grand saut de la fin !

PC212541

 

On notera le petit panier d’offrande déposé par le loueur à l’avant du scooter pour nous protéger pendant cette virée.

PC212509

 

Une chouette virée donc dans la campagne balinaise,

PC212539

PC212523

PC212528

 

à travers les magnifiques rizières en terrasses,

PC212511

 

les petits villages loin du développement touristique (même si très agréable) d’Ubud, avec encore des petits temples au détour des chemins, PC212533

 

des cérémonies religieuses (ici a priori des funérailles car tout le monde était en blanc),

PC212525

 

des stations service Absolut où on achète l’essence par bouteille de 1 litre,

PC212543

 

des locaux qui transportent des chargements invraisemblables sur leur tête, à pied, en scooter ou en vélo,

PC212512

PC212522

PC212544

 

et une petite pause fraîcheur avec une glace mangée directement dans le supermarché (car climatisé, et oui, à Bali même pendant la saison des pluies il fait très chaud !)…

PC212549

 

je précise qu’à 1 mètre de nous au moment où nous prenions cette photo de la glace mangée dans la voiture, un panneau stipulait clairement qu’il était interdit de manger et de prendre des photos dans le supermarché. C’est notre côté rebelle, Thelma et Louise oblige.

PC212550

 

Avec quand même une parenthèse luxe en milieu de journée, le meilleur massage du monde au Botanica Spa (Elvire, merci encore pour l’adresse… depuis je n’arrête pas de la recommander !) : 1h15 de massage du corps aux huiles essentielles, avec une cabine, que dis-je, une pièce grande comme mon studio à Paris, donnant sur un jardin des plus calmes et équipée dune baignoire, d’une douche et de mille détails qui font décidément aimer ce luxe (serviettes immaculées, fleurs de frangipanier un peu partout, produits de toilette). Bref une expérience canon dont on est sorties toutes zen !

PC212529

 

Et une fin de journée à siroter un jus de fruits frais… les petits plaisirs simples des vacances au paradis !

PC212552

 

Prochain article : Nusa Dua !

Repost 0
Published by ma-folie-douce - dans Indonésie
commenter cet article
28 janvier 2012 6 28 /01 /janvier /2012 01:40

Aujourd’hui c’est journée voyage : je vais de Hobart en Tasmanie jusqu'à Cairns, ce n’est que quelques heures en avion mais j’ai un long transfert à l’aéroport de Melbourne. J’espère donc pouvoir avancer sur un, allez soyons fou, deux articles.

J’avoue que je me mets moins la pression sur le blog -désolée- car j’essaie de vivre le moment présent (pas toujours facile d’être en permanence à 100% à ce que l’on fait… un peu comme dans la vraie vie en somme !), et je vais donc essayer de me remettre à jour avec toujours des photos mais peut-être un peu moins de texte.

 

En prenant un aller simple pour Jogjakarta, j’avais dans l’idée de retourner à Bali par la voie terrestre, car j’avais lu qu’il existait des trips de quelques jours qui combinaient retour en bus et arrêt à deux volcans intéressants sur Java : Bromo et Igen.

Et si mon hôtel était miteux, il avait au moins le mérite d’être situé dans la rue des packpackers avec de ce fait tout plein d’agences de voyage. Après une comparaison rapide des différentes formules et des prix, j’ai opté pour un pack de 3 jours avec visite des deux volcans, et retour sur Bali, plus précisément au terminal des bus Ubund de la ville de Denpasar, où j’avais rendez-vous avec Bérengère.

 

Malgré le peu de km, le trajet en mini bus sur les routes de Java en piteux état a été long, avec un chauffeur fou furieux (un de plus !) au milieu des bouchons, et dont la raison d’être était de dépasser par la gauche (sur des routes avec conduite à gauche…) le moindre véhicule qui avait l’audace de se trouver devant lui.

L’option bus permettait de voir un peu de paysage, mais pas de bol, entre Jogjakarta et Bromo il n’y a rien d’autre à voir qu’une succession de villes… la première journée a donc consisté en un embouteillage géant de 8h !

La bonne surprise en revanche a été l’arrivée dans la montagne, avec une fraîcheur inespérée et vraiment agréable après ces quelques jours où je n’avais pas encore eu le temps de m’habituer à la fournaise des villes.

L’hôtel était sobre mais plutôt sympa et je me suis couchée tôt dans ma mini chambre pour assurer le réveil… à 3H30 !

PC172336.JPG

 

Après un rapide briefing sur le site, d’une clarté disons… locale,PC172334

 

j’ai décidé de ne pas aller au sommet du volcan (même si voir un cratère est toujours impressionnant), mais d’accéder à un point de vue qui permet de voir le volcan et tout le paysage alentour, ce qui me semblait tout aussi impressionnant.

 

Et je n’ai pas été déçue !

La montée n’était n’y trop ardue, ni trop longue (environ 1h30), mais ce qui était inhabituel pour moi est que j’ai attaqué la première heure dans le noir à la frontale ! Et autant dire que la polaire et les gants de soie n’étaient pas un luxe à cette heure matinale et à cette altitude…4°C à 2000m !

Ce qui ajoutait à l’ambiance particulière est que précisément ce jour là avait lieu un grand rassemblement de motards (enfin la plupart d’entre eux étaient en mobylette ou en scooter !!) et tous les hôtels de la région étant complets, et ne pouvant de toute façon pas accueillir tout le monde, la majorité avait dormi sous des grandes tentes de l’armée ou de la croix rouge sur le bord du chemin. Et au moment de mon passage ils se réveillaient doucement et commençaient à émerger des tentes, à faire chauffer un peu d’eau pour leur premier café ou tout simplement à allumer un petit feu de bois pour se réchauffer après une nuit qui avait dû être glaciale. Mais j'y reviendrai plus tard.

 

A l’arrivée au sommet des premières lueurs commençaient seulement à apparaître au loin, et là, quel spectacle !! J’ai découvert le panorama grandiose au fur et à mesure que le jour se levait : d’abord des ombres imprécises, puis des formes qui se sont dessinées un peu plus clairement, et enfin la découverte du volcan face à moi, avec les autres cratères en arrière plan. Magique, grandiose, splendide… avec le lever de soleil en arrière plan… Cette ascension matinale valait vraiment la peine :

PC182362PC182350

PC182348

PC182365

PC182382

PC182376

PC182378

PC182386

 

Mais un spectacle très éphémère puisqu’en 5 minutes chrono une mer de nuages est venue recouvrir le volcan puis toute la vallée et les sommets alentours. Et là encore, quelle beauté !

PC182381

PC182392

PC182398

PC182399

 

Quand à la redescente… vous souvenez des bikers javanais rassemblés à Bromo pour le week end ? Et bien ils étaient tous bien réveillés et sortis de leur tente, et apparemment ils n’avaient pas vu depuis longtemps une fille à la peau et aux cheveux clairs !!

Mais ce n’était pas l’ambiance éboueur siffleur ou gros lourdeau du métro, non non non, ils (et quelques elles quand même !) étaient hyper touchants : ils me disaient bonjour, tout timides, en rigolant de gêne comme ils font toujours, et surtout ils voulaient me prendre en photo avec eux.

Bref sur tout le chemin j’ai eu m’impression d’être une star de cinéma (j’exagère à peine…), et je me suis prêtée au jeu une dizaine de fois (si si!) tellement je les ai tous trouvés sympas ! Alors à la fin je me suis dit qu’il me fallait vraiment un souvenir de ce moment et que je demanderai aux prochains qui voudraient prendre une photo (avec leur mobile, ils dégainent tous leur mobile plus vite que leur ombre) d’en faire une avec mon appareil aussi.

Et voilà ce qui s’est passé : une femme avec son bébé m’a demandé si on pouvait faire une photo ensemble, j’ai donc dit oui et tendu mon appareil à son pote, et là en moins de 10 secondes je me suis retrouvée encerclée par une quinzaine de bikers en folie, trop contents de faire cette photo. Et pour être honnête, j’étais sûrement aussi contente qu’eux !! De ces petits moments qui me font adorer voyager comme ça :)

PC182403

 

Et à l’arrivée en bas, un super arc en ciel m’attendait au pied du volcan de nouveau visible

PC182408

 

Puis je suis repartie pour une deuxième journée de mini bus, cette fois-ci avec deux hollandaises hyper sympas. Il faut dire que la veille le groupe n’était pas terrible et pas vraiment dynamique et que je n’ai pas trop cherché le contact.

Nous avons du changer de bus 2 fois sans vraiment comprendre pourquoi (la magie de l’Indonésie), mais nous somme arrivées à bon port le soir, au pied du volcan Igen, après un trajet beaucoup plus plaisant : un conducteur prudent, pas de bouchons, et des super paysages entre rizières et forêts tropicales.

PC182420

 

On s’est donc bien marrées toutes les trois, et à l’arrivée à l’hôtel j’ai bu ma première Bintang (la bière locale) dans un bain chaud rempli d’eau des sources chaudes environnantes. Grand luxe !

PC182423

 

Grosse déception le lendemain matin car le volcan Igen, célèbre pour le lac d’eau turquoise qui s’est formé dans son cratère et pour sons soufre, était fermé pour cause d’activité trop intense et d’émanations de soufre trop dangereuses.

Donc un lever à 3h30 pour rien… mais sur la dernière portion de Java menant vers le ferry pour Bali on a eu droit à de supers paysages avec rizières et plants de café.

PC192449

PC192434

PC192436

 

La compagnie de bus a bien tenté la petite arnaque du jour en me disant que mon billet n’allait que jusqu’à l’arrivée du ferry et qu’il fallait que je paie pour aller jusqu’à Denpasar…

Il faut préciser qu’ils passent leur temps à échanger les billets, à en refaire de nouveaux à chaque changement de bus (et il y en a eu beaucoup !) et même en étant hyper vigilante à vérifier qu’ils avaient bien laissé le nombre de stops, le nom des hôtels, etc, je n’avais pas vu qu’au lieu d’écrire en destination finale « Denpasar », ils avaient écrit sur le dernier ticket « Bali ». Donc le chauffeur me disait que je devais payer plus pour aller à Denpasar.

Mais en insistant bien lourdement (on ne se refait pas…) je n’ai pas eu à payer plus.

Un mini incident qui n’entache en rien l’hospitalité des Indonésiens, c’est juste que le développement du tourisme a généré quelques mauvais comportements au sein des compagnies de voyage et de transport, mais ça ne reflète pas la mentalité générale.

 

PS : je déroge à la règle en ne mettant pas de photo de nourriture, mais à ce stade je faisais un léger rejet des mets asiatiques après 3 mois, et je n’avais pas réussi à me lancer dans les spécialités locales. Mais c’est vite passé !

 

Prochain article : Ubud !

Repost 0
Published by ma-folie-douce - dans Indonésie
commenter cet article
21 janvier 2012 6 21 /01 /janvier /2012 00:00

Me voici de retour à Gili Trawangan, après plus de 3 semaines en Indonésie… et autant de semaines de silence sur mon blog…

Bon là tout de suite maintenant je suis en fait à Hobart en Tasmanie, car il n'y avait plus d'Internet sur les Gilis et mon séjour à Sydney a été tellement chargé que bon... allez, 1 mois de retard ce n'est pas si grave!

 

En préparant mon tour du monde, je m’étais dit que l’Indonésie serait une étape « pause » dans mon voyage après 3 mois et demi sur la route, et que je ne me mettrais aucune pression, quitte à rester uniquement sur Bali, sans forcément tout visiter. J’avais même envisagé de faire une retraire silencieuse de 10 jours…

Mais mes plans évoluent constamment, et au fur et à mesure des mes rencontres ces derniers mois j’ai eu envie de voir bien plus que Bali, et je me suis dit que 10 jours de silence c’est une expérience unique, et sans doute que ce voyage aurait été le moment idéal, mais quand même, me priver de 10 jours de découvertes…

Alors j’ai décidé de partir à l’assaut de quelques une de ces belles îles indonésiennes (il y a en tellement qu’il faudrait plusieurs mois pour toutes les voir !) et puis quelques jours avant d’y arriver, sur un coup de tête, on a convenu avec Bérengère de se retrouver à Bali pour passer les fêtes ensemble.

 

Me voici donc partie pour une soirée très studieuse, à deux titres :

1. je vais essayer de rattraper un peu de retard dans mes articles

2. il faut que je lise 3 chapitres de mon livre de chevet des 4 prochains jours : « Open Water Diver », autrement dit la partie théorique du certificat PADI de plongée que je suis venue préparer ici avant de décoller pour Sydney.

 

Je vois pas mal de photos de neige sur Facebook, et vous êtes beaucoup à me dire que la saison de ski prend finalement une bonne tournure en France.

Alors pour vous redonner un peu de contexte, il est 19h45 ici (7h de décalage horaire avec la France) et il fait encore bien 30°C dans mon bungalow en bambou avec il faut le dire bien peu d’air, et dehors la petite heure de pluie de fin d’après midi (saison des pluies oblige) a fait tomber un peu la température.

Malgré cette saison des pluies, grand beau chaque jour depuis mon arrivée le 12 décembre et les pluies ne sont ni quotidiennes ni gênantes.

Et je n’ai pas quitté les tongues depuis maintenant plus de 2 mois et demi… donc globalement la vie est belle J

 

Mon arrivée à Bali a été un peu sport, avec un atterrissage en début de soirée à Denpasar, donc pas beaucoup d’autre choix que de dormir à Kuta. D’autant que j’avais prévu de partir dès que possible pour Java, avec potentiellement un vol à reprendre depuis Denpasar, temporairement échaudée par les bus de nuit suite à ma mésaventure thaïlandaise.

 

Ah ! Kuta… ou plutôt devrais-je dire/écrire Arrggghhh Kuta ! :

une chaleur étouffante dans des petites rues étroites et bordées d’échoppes pour touristes avec des t-shirts, casquettes, fausses lunettes de marques et autres articles plus affreux les uns que les autres et à des prix « special tourist » décourageant toute tentative de recherche de la perle rare ;PC142246

 

des « agences de voyage » proposant toutes sortes de destinations et auprès desquelles il faut marchander dur pour avoir un prix qui sera encore le double d’un prix raisonnable pour le paysPC142243

 

d’horribles salons de massages exigus et souvent douteux ;

 

des taxis et autres « yes transport ? » qui ne cessent de nous harceler dès qu’on met le pied dehors ;

 

et des hôtels pas forcément reluisants : la première nuit n’a pas été hyper agréable dans une chambre qui sentait l’humidité et n’était pas de la première fraîcheur,PC132233

 

mais j’ai réussi à trouver le 2ème jour pour le même prix une chambre un peu plus agréable, et surtout avec une piscine ! Bon ok l’eau était à plus de 30°C, donc pas vraiment rafraîchissante, mais il y avait de l’idée…PC152254

PC132234

 

Bien sur les prix et le coût de la vie sont très avantageux comparés à la France, mais quittant le Laos, le rapport qualité prix m’a semblé un peu décevant à Kuta.

En même temps, Kuta ce n’est pas vraiment l’Indonésie, ou en tout cas c’est l’Indonésie des touristes (essentiellement jeunes, et souvent australiens) qui recherchent le surf, la fête (et les massages) à bas prix, et j’en avais conscience en arrivant.

 

La plage de Kuta est d’ailleurs plutôt sympa, avec toutes ces planches de surf à louer et ces cours à prendre. Non Laeti je n’ai pas encore pris mon cours, mais je n’ai pas dit mon dernier mot : il me reste encore une petite collec de plages et de spots de surf dans les 8 mois à venir ;)PC132232

PC132231

 

Dommage cependant que la marrée face remonter toutes les ordures sur la plage au coucher du soleil…PC132236

 

Mais ceci dit le spot est top !PC132238

 

Et en regardant bien, même à Kuta il y a toujours un petit temple au détour d’une ruePC142249

 

une station service locale avec ses pompes à essence AbsolutPC142244

 

et un bon petit plat à savourer !PC142242

   

Après 2 jours à Kuta, j’ai pris un vol pour Jogjakarta, sur Java.

Pour éviter les arnaques des fameuses agences de voyage de Kuta, je me suis présentée à 4h du matin à l’aéroport, et j’ai attendu que les 2 compagnies aériennes qui desservent cette destination ouvrent. Sur Lion air il n’y avait plus que de la première classe, mais une heure plus tard sur Garuda j’ai pu trouver un siège à un prix correct. Et avec le décalage horaire (une heure entre Bali et Java), je suis arrivée à Jogjakarta à 7h30, sous une chaleur et un soleil déjà écrasants ! Décidément, je croyais que je me serais faite à la chaleur après tout ce temps, mais pas vraiment… !

Un bus local plus tard et j’arrivais dans le quartier que j’avais repéré pour trouver une chambre. Dur dur après l’Asie du Sud Est de ne plus avoir de dortoirs et de n’avoir que peu de choix en dessous de 15€ la nuit…

Mais j’ai finalement opté pour la solution débrouille : j’ai prix un hôtel miteux à 4€ la nuit dans  une chambre sombre et qui empestait l’humidité,PC162332PC162333

 

mais en contrepartie je me suis offert le lendemain une après midi piscine dans un chouette hôtel pas très loin du mien (pour 2,50€….). C’est comme ça que je me suis retrouvée avec une grande et moelleuse serviette de bain (le luxe ultime pour moi, ça change de mon paréo tout fin !), assise sur un transat confortable, à essayer de rattraper mes articles de blog en retard (j’avais bien bossé, j’en avais posté deux !). Le tout avec un jus d’orange de bienvenue offert !! C’est ce que j’appelle un bon plan.

Sous cette chaleur c’est tellement agréable de pouvoir se rafraîchir. Et puis pas de culpabilité : J’avais dit que Bali serait une étape « pause », et ce matin là je m’étais levée à 4h30 pour aller voir le magnifique temple de Borobodur.

 

Borbodur, un temple qui m’a profondément touchée par sa beauté, sa zénitude, son emplacement et les vues qu’il offrait au petit matin… une émotion un peu difficile à expliquer ou à décrire, mais comme quoi, si je n’ai pas été totalement conquise par Angkor, je ne suis pas encore blasée des temples !!PC162280

PC162283

PC162285

PC162296-copie-1

PC162324

PC162299

PC162308 bis

PC162320


Et puis la visite de ce temple a été l’occasion de faire une belle rencontre, puisque dans la voiture du retour j’ai fait la connaissance de Sam et Lucy, un couple d’anglais hyper sympas, eux aussi en tour du monde. Et pour la petite histoire, nous ne nous étions pas échangés nos coordonnées à ce moment là, alors qu’on avait vraiment bien accroché… mais nous nous sommes retrouvés par hasard sur la plage à Gili Trawangan 10 jours plus tard ! Je venais de dire à Béren « ce serait sympa de recroiser des gens que je connais », quand j’ai tourné la tête et les ai aperçus dans l’eau ! La magie des voyages !

 

Sinon Java est une île très musulmane (à la différence de Bali, indouiste) et au milieu des femmes et des fillettes voilées il n’est pas vraiment de bon ton de se balader jambes et épaules nues. Pas cool avec cette chaleur !! Mais si on ne s’adapte pas on se fait tellement dévisager (plus de la curiosité que du reproche) qu’on prend vite le pli.PC162330

 

J’ai quand même fait le tour de Jogjakarta malgré la chaleur, avec ses vélos tuk-tukPC152276


son palais et ses costumes traditionnels en batikPC152266PC152269PC152271


ses musiques traditionnelles avec des javanais qui utilisent des instruments qui ressemblent à des cloches ou a des pots en terrePC152259PC162329


et j’ai même goûté la spécialité locale de street food : les fruits (ananas, banane, mangue, …) et légumes (tomates, concombres) à la sauce Sambal, le condiment star en Indonésie.PC152272

 

Une jeune femme qui me regardait observer le marchand ambulant m’a tout expliqué, m’a fait goûter et a insisté pour prendre une photo avec moi sur son téléphone… du coup j’ai demandé une photo aussi ! C’était trois fois rien, mais elle a fait ma journée !

PC152273 bis

  Prochain article : Bromo !

Repost 0
Published by ma-folie-douce - dans Indonésie
commenter cet article