Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : MA FOLIE DOUCE
  • MA FOLIE DOUCE
  • : Ma folie douce, parce que j'ai décidé de tout quitter le temps d'une année, pour vivre mon grand rêve, pas forcément le plus fou d'ailleurs : voyager plus de 50 semaines autour du monde. Je laisse derrière moi mes amis, ma famille, mon travail, avec la soif de vivre de nouvelles aventures et de revenir plus riche de toutes ces expériences...
  • Contact

Les Articles Par Pays

8 mai 2012 2 08 /05 /mai /2012 19:38

Après une traversée vomito dont je tairai les détails (pour ma part j’ai dormi tout le long des 3h de ferry), nous avons atteint l’île du Nord avec une première étape à Wellington.

Après un bon déjeuner dans un pub où nous avons découvert l'une des spécialités locales, le chicken burger avec brie, confiture d’airelles et herbes aromatiques

P3213126


nous avons visité la ville… malheureusement sous une petite bruine londonienne. Nous qui pensions trouver le beau temps un peu plus au nord !

Mais qu’à cela ne tienne, après plusieurs jours perdus dans la nature nous étions contents de redevenir citadins pour quelques heures et de pouvoir apprécier entre autres :

- l’architecture très éclectique de la ville, mêlant moderne (controversé) et ancien (dans la limite des 170 ans et quelques depuis la colonisation européenne)

P3213127


- la Post-It battle qui est arrivée jusque là-bas

P3213128


- un immeuble zèbre (un hostel)

P3213132


- et des bâtiments plus typiques

P3213134

 

La suite du voyage nous a conduit à Foxton, une petite ville très étrange puisque tous ses habitants semblaient la déserter : nous n’avons jamais vu autant de panneaux « à vendre » sur les maisons des quartiers résidentiels.

Mais la plage était jolie, même si nous avons déjeuné dans le van parce qu’il faisait toujours un peu frais.

D’ailleurs il s’agissait d’une plage un peu particulière, comme il y en a quelques unes en Australie et en Nouvelle Zélande : on pouvait y rouler ! La vitesse était limitée à 30 km/h, mais quand même, une route en sable le long de la mer !

P3223138

 

Malheureusement je n’ai pas eu le droit d’emmener le van y faire un tour, mais je crois que Ben et Manu ont eu raison, aucun de nous n’avait envie de passer le reste du séjour embourbé à Foxton.

 

Quelques champs d’éoliennes plus tard,

P3223142

 

nous avons trouvé the spot pour passer la nuit : un parc aménagé au bord de l’eau, toujours très rudimentaire, mais avec un paysage et un calme qui allait vite nous faire oublier le manque de douches.

P3223151


D’ailleurs j’ai revu plusieurs 4x4 tractés par des caravanes de compétition (souvent même des bus transformés en caravanes)… comme quoi l’australien que j’avais vu faire la même chose sur la Stuart Highway n’était pas fou, il devait juste être néo-zélandais.

P3223155

 

Et le lendemain nous sommes tous allés courir, il aurait été criminel de ne pas le faire dans un endroit pareil, et le bain de mer pour se rincer a été plus que vivifiant !

 

Cap ensuite sur Napier, ville bordée par les eaux émeraude de l’Océan Pacifique

P3233161


mais surtout caractérisée par ses nombreux bâtiments Art-Déco : la ville a été détruite par un tremblement de terre majeur en 1931, et tout a été reconstruit dans ce style en vogue à l’époque :

P3233164

P3233168

 

Et allez hop, une petite vaisselle dans les toilettes du parking, ça faisait longtemps !

P1060265

 

Un petit arrêt par le Mc Do de Taupo avec son avion qui sert de salle de restaurant,

P1060275


quelques photos au bord du lac avant que le soleil ne se couche

P3233174

P3233177


et nous sommes partis nous installer pour la nuit dans ce qui aura été sans doute le lieu le plus flippant de tout notre séjour! Après plusieurs avoir roulé plusieurs kilomètres à la sortie de la ville, nous avons bifurqué dans une forêt et avons encore roulé 5 ou 6 km sur des chemins de pierres et de terre, à la nuit tombante. Nous sommes finalement arrivés dans une clairière totalement vide (c’était sans doute ça le plus angoissant, d’habitude nous avions toujours au moins un ou deux vans pas trop loin de nous), sans un bruit (à part le bruit des bêtes...) et avec la sensation d’être dans un endroit tellement isolé de tout qu’un tueur fou allait surgir de la forêt et nous trucider à coup de hache. Ca semblait super probable sur le coup.

P3233179

 

Mais nous sommes restés braves, même si nous ne nous sommes pas trop éloignés du van et avons passé notre temps à verrouiller toutes les portes, et nous avons même procédé à une cession lavage de cheveux avec les moyens du bord et en utilisant le moins d’eau possible de la réserve du van -oui c’est sympa de ne pas se doucher, mais on n’a pas encore inventé les lingettes pour les cheveux. De loin, pour le tueur fou qui nous observait depuis sa cachette, cela devait avoir des airs de rituels sataniques. Tant mieux, ça a du lui faire peur.

P1060293

P1060297

 

Quelques heures plus tard, alors que nous avions calmé nos angoisses en nous lançant dans une partie de cartes enflammée, une voiture a surgi de nulle part. Re-angoisse, re-ambiance colonie de vacances, re-ambiance âge mental 8 ans, bref, nous avons éteint toutes les lumières et observé l’ennemi à travers les rideaux orange. Et Benoît a murmuré, sans doute sous l’effet de la terreur : « Ils sont deux... ou moins... ou peut-être à peine plus… ». Une belle déclaration qui est venue s’inscrire au chapitre des phrases culte de notre séjour en Nouvelle Zélande.

 

Le lendemain matin, après un départ en catastrophe -et donc un atelier sandwich sur la table à l’arrière du van qui dévalait le chemin accidenté de la vieille-, nous avons pu prendre le bus qui allait nous mener au départ du Tongariro Alpine Crossing, un trek de 19,4 km à travers les paysages totalement lunaires du centre de l’île.

P3233180


Au programme pour nous, un échantillon de tous les temps possibles en une journée : bruine, nuages au-dessus, en-dessous ou même tout autour de nous

P3243209


grand beau

P3243191


grand vent

P3243205


mais dans tous les cas des vues incroyables, même si le fait de ne pas voir à 2 mètres à certains passages nous a sans doute privés de points vues sympas.

P3243192

P3243202

 

Après cette journée dans les pattes, les sources chaudes de ont été plus qu’appréciées

P3253228


… on ne peut pas en dire autant de l’odeur pestilentielle dégagée par les geysers boueux de Rotorua,

P3253234


qui ne nous a cependant pas découragés de visiter ce joli petit village au bord du lac.

P3253241

P3253247

P3253251

 

Et pour finir en beauté cette journée, nous avons trouvé un emplacement pour la nuit juste au bord du lac : festival d’étoiles et walabies (!)… si nous avons bien compris le jeune hollandais qui avait décidément l’air bien informé, ils étaient arrivés d’Australie d'une façon ou d'une autre (on n'a pas compris ce passage) et une sorte d’espèce endémique avait fini par se développer au bord du lac.

P3253263

 

Et le lendemain matin, froid glacial pour le lavage de dents, mais que c’était beau de se réveiller dans un tel cadre !

P3253278

 

La Nouvelle-Zélande, c’est aussi le pays des chutes d’eau, les waterfalls comme on dit là-bas

P3270030

P3263283

P3263289


des paysages vallonnés

P3263312


et des moutons… en Australie j’avais vu des kangourous s’approprier un terrain de golf, et bien en Nouvelle-Zélande c’étaient tout naturellement des moutons !

P3263314

 

Nous sommes arrivés à Raglan en fin de journée, pour admirer ses plages,

P3270054

P3263320

P3263326


ses surfeurs en nombre sur le left hand break visiblement le plus long du monde

P3260014

P3260022


et un coucher de soleil, une fois encore, à tomber.

P3263328

P3263337

 

En repartant, nous avons demandé à un surfeur en train de ranger son matériel s’il connaissait un endroit sympa : il nous a indiqué le meilleur emplacement possible, en haut d’une falaise, face à l’océan, seuls au monde, mais cette fois-ci pas l’ombre d’un tueur fou.

P3260009

P3260002

 

Et après la visite d’une mine désfactée

P3270035

P3270038

 

et une nouvelle nuit dans un champ nous avons expérimenté de nouvelles sources d’eau chaude, sur la plage cette fois-ci !

Incroyable : 2 heures avant et après la marrée basse, il suffit de creuser dans le sable et de se faire sa propre petite baignoire d’eau bouillante !

Pourtant arrivée à 6h du matin sur la plage, nous n’étions pas les premiers et heureusement car nous avons pu emprunter des pelles pour nous faciliter la tâche… ce n’est pas gagné à la seule force de nos mains !

P3270061

P3270062


Nous avons donc réussi à nous faire notre mini piscine thermale, et même si nous n’avions pas l’air très malin dans notre trou, nous avons pu profiter, une fois n’est pas coutume, d’un super beau lever de soleil sur la mer !

P3270073

P3270064

P3270065 bis

P3270071

 

Et rien de tel qu’alterner bain bouillant et baignade glacée, à la suédoise !

Mais l’océan reprend vite ses droits, et même si nous avons lutté le plus longtemps possible pour conserver notre petit bain bouillonnant, la marée montante a mis fin à l’expérience.

P3270078

 

Après un petit déjeuner royal et bien mérité

P3270079


nous avons pris la direction des magnifiques plages de la péninsule de Coromandel.

Au programme, des sauts,

P3270087

P3270092

P3270093


beaucoup de sauts (c’est l’effet du retour du beau temps)

P3270096


des plages de sable blanc

P3280113-copie-1


et encore des sauts… avec de nombreuses tentatives plus ou moins fructueuses et la patience légendaire de Manu

P3280119

P3280125

P3280158


pour arriver à la photo parfaite !

P3280180

 

Un petit tour dans l’eau

P3280185


une petite ballade près des maisons du coin, toutes équipées d’un tracteur… pour déplacer l’énorme bateau, of course

P3280189

P3280190


et à la clé le fish’n chips qu’attendait Manu depuis son arrivée ! Parfait, dans un mini village au bord de l’eau, bien graisseux dans son emballage en papier journal et noyé sous le vinaigre, il n’y a que comme ça qu’on peut l’apprécier !

P3280196

P3280198

 

Après un dernier camping (ah quand même !)

P3280203


et une dernière cession trampoline

P3280233

P3280420-copie-1


oui, c’était mon anniversaire, alors j’avais décidé de me mettre en robe, même si ce n’était pas du tout adapté !

P3280446

 

nous avons pu voir les toilettes publiques les plus photographiées au monde, à Wakawaka… pour nous pas de vaisselle cette fois-ci

P3290675

P3290677

 

et la côte nord ouest, sympa, même si un peu décevante après la journée de la veille.

P3280674

P3290682

P3290692

P3290701

P3290703

P3290712

 

En revanche notre dernière petite ballade nous a menés à un sommet avec une vue imprenable sur toutes les petites îles en contrebas.

P3290725

P3290730

P3290734

P3290738

P3263315


Malheureusement ma tentative de me faire coquette pour mon anniversaire a été mise à mal par le climat qui s’est rafraîchi, et le total look leggings, gilet et chaussures de marche était tout d’un coup un peu moins classe.

P3290718

 

Ma montre jaune avait tenu le coup jusque là, ayant rempli la mission de m’accompagner au moins jusqu’en Nouvelle Zélande -malgré notamment la perte de sa trotteuse et une attaque acide au DEET- la journée ne pouvait se terminer mieux.

P3290746

 

Et pourtant, Manu et Ben on réussi l’impossible : trouver un gâteau d’anniversaire et même des bougies alors qu’on s’était garés sur une sorte de parking de routiers dans un tout petit village pour passer notre dernière nuit dan le van. Alors qu’on venait de terminer notre dîner j’ai eu la chance de pouvoir souffler mes bougies d’anniversaire. La grande classe.

P3290758

P3290760

 

Ce n’est pas le décor qu’il faut regarder (ahhh ce orange…), c’est l’intention qui compte. Vraiment. Merci encore les amis.

 

Le lendemain, changement de décor, et coup de foudre pour Auckland : une ville jeune, dynamique, où il semble faire bon vivre, avec un cadre incroyable, des gens sportifs, plein de petits quartiers sympas pour sortir, des quartiers résidentiels hyper calmes bien qu’à deux pas du centre ville, et même un magasin de disques trop classe déniché par Benoît.

P3290774

P3300803

P3300789

P3300791 P3310815

P3300785

P3300786


Un petit port trop agréable à la tombée de la nuit,

P3300792

P3300793

P3300802


hyper sympa aussi le matin pour courir

P3300806


et encore et toujours des containers qui sont recyclés dans la ville !

P3300808

 

Et puis des plaques d’immatriculation personnalisées (FSHMKT = Fish Market)

P3300804


Et des hamburgers au chat.

P3310814

 

La seule ombre au tableau : retourner à la réalité (ma réalité du moment) des dortoirs d’hostels : un peu dur après le free camping pendant 3 semaines !

P3300809

 

C’est donc dans cette belle ville que nous nous sommes dits au revoir, il était temps pour Ben et Manu de rentrer en France, et moi de m’envoler faire Fiji, ses plages, ses cocotiers, ses plongées…

... si seulement !! Et oui, arrivée à l’aéroport et après quelques heures d’attente dans une totale désinformation, j’ai appris que mon vol pour Fiji était annulé, en raison de mauvaises conditions météo. J’ai appris aussi que le vol de la veille avait également été annulé, et qu’il n’y avait aucune garantie de décollage dans les jours suivants, puisqu’une alerte à l'ouragan avait été donnée.

En moins d’une heure il a donc fallu que je prenne une décision, et après check internet de la météo, et sur les conseils des hôtesses de l’air de la compagnie, j’ai finalement choisi d’annuler purement et simplement l’étape Fiji : je n’avais pas envie de passer 15 jours sous la pluie (ou comment faire d’un paradis un enfer sur terre) et pas envie non plus de prendre le risque de subir un ouragan.

Le temps de réfléchir à tout cela j’ai pu refaire un bisou à Ben et Manu qui décollaient plus tard, et leur confier le Lonely Planet de la Nouvelle Zélande… et celui de Fiji, qui n’aura pas servi mais que j’avais déjà commencé à potasser ! Comme quoi, je ne le referai pas : regarder le guide trop à l’avance m’a portée la poisse !

J’ai quand même eu de la chance car l’hôtesse de Quantas s’est plantée pour mon changement de billet et m’a mise sur le vol suivant (le lendemain), alors qu’elle aurait dû respecter les quotas alloués aux billets tour du monde… autrement dit je n’avais aucune garantie d’avoir un billet avant la date du 16 avril initialement prévue (nous étions alors le 31 mars).

De retour en ville (j’ai renoncé à l’idée de passer 24 heures dans le hall de l’aéroport, sans pouvoir accéder aux salles d’embarquement), il n’y avait plus de place dans l’hostel où nous avions passé la nuit précédente, et l’accès à internet dans mon nouvel hostel était hors de prix ! Donc après avoir épuisé tous les spots gratuits de la ville (soit qui ne marchaient pas, soit qui étaient limités à 20 min), je me suis résolue à retourner à l’hostel de la veille, dont j’avais gardé le code en mémoire, afin d’utiliser leurs ordinateurs.

Et hop ni vu ni connu j’ai passé près de deux heures à tout organiser là-bas : procédure de remboursement du vol  pour Fiji (ce n’est pas gagné j’attends toujours…), réservation d’un hostel à Buenos Aires, quelques mails pour prévenir les copains de mon arrivée, demander aux autres quelques bons plans, premières recherches pour une école d’espagnol, etc, etc…

Au final un peu déçue bien sûr de ne pas avoir vu Fiji cette fois-ci mais je sais que ce n’est que partie remise, et un petit coup d’adrénaline et d’imprévu ça fait toujours du bien pour ne pas oublier que tout peut arriver, mais que ce n’est jamais bien grave !

 

Le lendemain j’étais donc de retour à l’aéroport, et en Nouvelle Zélande tout le monde est cool, alors tant que la porte d’embarquement n’est pas annoncée, on nous dit simplement de nous relaxer. Take it easy en somme.

P4010818

 

Prochain article : Buenos Aires !

Repost 0
Published by ma-folie-douce - dans Nouvelle Zélande
commenter cet article
4 mai 2012 5 04 /05 /mai /2012 01:00

Le décor ayant été planté, place aux endroits incroyables que nous avons pu voir, en commençant par l’île du Sud.

L’un des avantages de voyager avec un Manu, c’est qu’il avait déjà une idée très précise de ce qu’il y avait à voir, contrairement à moi qui débarquait totalement et avait acheté mon Lonely Planet à l’aéroport ! J’ai fait un peu de devoirs tous les soirs pour rattraper mon retard, et finalement quand on s’y mettait tous on arrivait assez vite à décider de ce qu’on allait faire / voir ou pas (car même en 3 semaines il faut faire des choix).

P3173323

 

Nous n’avions évidemment pas planifié au jour le jour, mais nous nous étions dit que nous ferions moitié-moitié entre le Sud et le Nord, et c’est aussi comme ça que nous avons pu voir, au bout de quelques jours, ce qui serait réaliste ou non.

 

Nous avons d’abord commencé par un passage furtif à Christchurch (pour moi seulement quelques heures, mais Ben et Manu étaient arrivés la veille), où nous avons pu nous rendre compte de la violence du tremblement de terre de 2011. Même un an après toute la zone centre-ville est sinistrée (la red zone)

P3123115P3123106

 

et même si on sent une vraie énergie pour redonner vie à cette ville -qui aurait vraiment pu devenir une ville fantôme-, avec par exemple tout un quartier commerçant reconstruit avec des containers !

P3123112

 

des rues entières restent abandonnées et en ruines

P3123114

 

et portent encore les stigmates de ce drame : tous les bâtiments effondrés portent ces inscriptions barbares qui ont été réalisées au moment des fouilles à la recherche des survivants et des victimes

P3123107

 

Bref une ambiance un peu bizarre, mais intéressante à découvrir, pour nous qui avons la chance de ne pas vivre sur une faille sismique.

 

Après un stop à Akaroa, charmant petit village encore marqué par l’immigration française de jadis,

P3133135

P3133134

P3133137

 

quelques heures de conduite sur la scenic drive de la Banks Peninsula 

P3133132

P3133140

 

(c’était le début on avait un peu la main lourde sur le déclencheur)

P3133139

 

et un passage obligé par la charmante bourgade de Géraldine (spéciale dédicace pour toi ma Gé, sache que tu as la chance d’avoir là-bas ton église, ta piscine, ton ciné, etc)

P3133143P1060003

 

nous avons commencé fort en termes de paysage spectaculaires, avec le lac Tekapo (Manu, si tu me lis, désolée d’avance si j’écorche les noms des lieux ou si je me mélange un peu les pinceaux… Benoit je sais que tu n’y verras que du feu) : sa petite église au bord de l’eau

P3143158

 

et des vues imprenables au cours de la ballade de 3h qui longe le lac.

P3143164

P3143173

 

Plus bas le long de la côte nous nous sommes arrêtés pour voir les Moreaki Boulders, espèces de gros rochers ronds échoués sur la plage, comme d’énormes œufs de dinosaures.

P3143176

P3143177P3143182

 

Plus au sud nous avons fait un arrêt à Dunedin,

P3153196

 

qui en plus de sa gare

P3153192

 

et de sa fabrique Cadbury

P3153197

 

est connue pour sa rue résidentielle la plus abrupte du monde. J’avais conduit jusqu’en haut la voiture de mon pote Per il y a 11 ans, mais cette fois-ci autant dire que vu la difficulté à pousser le van à plus de 90 km/h sur du plat, nous l’avons garé bien sagement tout en bas et sommes montés à pied.

P3153201

P3153202

P3153209

P1060070

 

Il faut dire que la circulation n'était pas spécialement dense.

P1060074

 

Et pour la première fois j’ai vu une église transformée en pub !

P3153191

 

C'est aussi dans cette région que le P'tit Tigre s'est mis au thé.

P3143185

 

Sur le chemin des fjords du Sud-Ouest (appelés « sounds ») nous avons croisé les Miror Lakes

P3163223

 

et une forêt absolument envahie par la mousse : humidité garantie, mais ambiance feutrée étonnante !

P3163229

 

Nous avons été confrontés à l’immensité des montages et de l’autre coté à la beauté des fjords majestueux.

P3163247

P3163255

P3163252

 

L’étape suivante a été Queenstown. Pour nous pas de bungy jumping, sky diving ou autre sport à sensation, mais j’ai adoré cette ville jeune, hyper dynamique, où on sent que le sport de plein air, si possible un peu extrême, est légion.

P3173289

P3173294

P3173305

 

Idéalement placée entre lac et montagnes, elle avait forcément tout pour plaire.

P3173310

P3173311

P3173312

 

Avec en bonus le show des anglo saxons en ce jour de Saint Patrick… autant dire que tout le monde avait au moins une petite touche de vert dans sa tenue du jour.

P3173300

P3173295

P3173303

 

Direction ensuite le Fox Glacier : incroyable de pouvoir s’approcher aussi près d’un glacier !!

P3183328

P3183330

P3183331 bis

P3183338

 

Après être passé devant des champs entiers de rennes ( ??!!) ou peut-être de daims d’ailleurs

P3183352

 

nous avons roulé sur l’équivalent de la Great Ocean road, du côté de Punakaiki, célèbre pour ses "Pancake Rocks"

P3192975

P3192959

P3192963P1060194

 

puis après avoir déjeuné comme des princes, sur le meilleur emplacement possible :)

P3192972

P3192970

 

nous avons goûté au froid de l’Océan Pacifique... enfin plutôt j’ai eu le courage de m’y jeter… en même temps je n’ai pas l’occasion tous les jours de ma baigner dans le Pacifique,

P1060202

 

Et c’est en arrivant dans un camping digne de ce nom le soir même que nous avons découvert la passion des néo-zélandais pour les trampolines ! Et en y prêtant davantage attention par la suite, nous nous sommes rendus compte que quasiment tous les campings en étaient équipés, et bon nombre de jardins particuliers aussi !

Une passion purement kiwi ? Non, loin de là ! Car ce petit cachotier de Benoît a choisi d’être au bout du monde pour nous révéler sa passion juvénile pour ce sport. Médaille de bronze d’Auvergne le jeune Benoît ! Oui madame. J’avoue que je ne sais toujours pas si je dois le croire ou non… comment se fait-il que ni moi ni Manu n’étions ou courant de ce passé glorieux? En même temps s’il bluffe il le fait fort bien car il a passé près d’une heure à enchainer figures et coaching.

La preuve en image :

P3202981

P3203006

P3203057

 

Oui, clairement nous n’avons pas tous grandi en Auvergne.

 

Un petit tour par Picton, son église néo-gothique avec un parc pour les plus jeunes enfants (pas bête après tout),

P3203102

P3203104

 

ses cottages datant de l’arrivée des premiers colons en 1800 et quelques, mais malheureusement un peu trop rénovés à mon goût pour paraître authentiques

P3203099

P3203101

 

et une maison en forme d’église bleue. On notera la cheminée en forme de croix qui bien sûr garantit l’illusion parfaite. Bravo monsieur.

P3203124

 

Après avoir défié le vent et la pluie, nous avons passé notre dernière nuit sur l’île du Sud, en espérant trouver un climat un peu plus clément dans le Nord.

P3203117

P3203119

P3203120

 

Mais quoi qu'il arrive, nous étions à peu près sûrs de retrouver notre coup coeur de la première partie du voyage : la Grizzly Beer au gingembre! A accompagner de préférence avec des saveurs plutôt sucrées : chips poulet-oignons caramalisés (les Red Rock Deli pour ne pas citer la meilleure marque de chips -je n'ai pas peur de le dire- au monde), ou même muffins au caramel... qui a dit qu'on ne pouvait pas se faire un peu plaisir dans notre van de playmobil?

P3153214

 

Prochain article : Nouvelle Zélande, l’île du Nord !

Repost 0
Published by ma-folie-douce - dans Nouvelle Zélande
commenter cet article
4 mai 2012 5 04 /05 /mai /2012 00:00

Après l’Australie, la Nouvelle Zélande.

N’ayant finalement pas pu aller à Fiji en raison du mauvais temps (même si à ce moment là je ne le savais pas encore), cette destination aura été la plus éloignée de « chez moi ». Je mets des guillemets car ces temps-ci j’ai du mal à savoir où est vraiment mon chez moi, ou du moins je n’arrive plus vraiment à m’imaginer dans ma vie d’avant, tout me semble si loin… Toujours est-il que lorsqu’on regarde un globe terrestre, la Nouvelle Zélande, en particulier le Sud, se trouve être à l’opposé de la France.

Etant partie depuis déjà longtemps et n’ayant eu que quelques heures d’avion depuis Sydney, Christchurch ne m’a pas tellement donné une impression de bout du monde (plutôt une impression de fin du monde mais je vais y revenir). En revanche, pour Benoît et Manu, qui m’ont rejoint depuis Paris, cela n’a pas du être la même histoire. Et pourtant, quand ils sont venus me chercher à l’aéroport, après avoir géré la location du van, ils avaient l’air super en forme.

 

Qui dit van dit de nouveau un road trip, mais un peu plus long cette fois-ci, et aussi un peu plus roots qu’en Australie ! Changement de décor, changement d’acteurs… les présentations s’imposent !

 

Tout d’abord le van : rien à voir avec une maison sur roues, non cette fois-ci c’était plutôt du genre compact.

Et vintage (pour ne pas dire vieillot).

En même temps le moteur en était à son 6ème tour (ou alors c’était le 6ème moteur ?) mais en tout cas nous avons passé en grande pompe la barre des 585 000 km (le compteur n'allait pas au-dessus de 99 999) :

P3183347

 

L’extérieur annonçait la couleur (sans jeu de mot) : un chamarré de orange et de marron sur fond blanc (à peine salissant),

P3280668

 

avec un nom plus qu’explicite «  Budget Campers » et une devise « Low rates, all day, every day ».

P3133142

 

Bref du bien cheap, mais sans aucun regret, car notre van était carrément plus fun que tous les Juicy, Spaceship et autres Britz que nous avons pu croiser ! Et franchement, n’avait-il pas une forme trop sympa ?

P3173318

 

La cabine était parfaite (bien qu'un peu raide sur le siège du milieu) puisqu’on pouvait être tous les 3 à l’avant… plus sympa quand on sait qu’on a fait plus de 6000 km… mais du coup quand même un peu raide sur le siège du milieu, très vite rebaptisé "la planche à pain" -c'est sans doute ça qui nous donne cet air un peu coincé sur cette photo.P3123126.JPG

 

Quand à l’intérieur, bon, il fallait passer outre la déco… très orange et bleu sale… et puis l’odeur de vieille moquette, on s’y fait très bien.

Mais honnêtement nous avions tout ce qu’il fallait :

- un super garde manger, avec placards et frigo… en réalité pas si grands que ça donc il fallait souvent aller au supermarché pour faire le plein, mais plutôt bien foutus

P3123122P1050983

 

- un coin salon avec table et banquettes… pour le petit dej dans les endroits un peu frais, et pour l’apéro et le dîner parce que la nuit tombait viteP3123128.JPG

 

- le soir ce petit coin douillet se transformait en lit, et surprise, une mezzanine se dépliait comme par magie (bon en réalité plus que de la magie il s’agissait tous les soirs d’une chorégraphie bien huilée qui impliquait une grande préparation puisqu’une fois tout le bazar déplié il restait environ 50 cm² en dehors des lits)

P1060223

 

- et puis nous avions également une gazinière et un bel évier

P3290766

 

mais bon, pas très grand et avec une réserve d’eau limitée, donc c’est vrai que nous avons pris la fâcheuse habitude de faire notre vaisselle dans les toilettes publiques… la grande classe !

P3270050

 

- au dessus de la cabine, notre grenier où l’on rangeait la table de jardin (si si), les chaises et les bouillottes (j’y reviendrai aussi)

-et même une petite table d’appoint qui se dépliait à l’extérieur du van, hyper pratique pour la préparation des sandwiches façon Taylor

P1060008

 

- avec bien sûr le barbecue qui va bien, indispensable pour un déjeuner 4 étoiles dans un décor de rêve

P3163240

 

Bon en revanche il est vrai que lorsqu’il fait mauvais… tout d’un coup l’espace intérieur semble bien petit…

et oui c’est ça aussi la vie en plein air, parfois il faut savoir dégainer le poncho de pluie !

P3193353

 

Nous avons aussi appris à comprendre la signification de certains voyants lumineux sur le tableau de bord… comme le petit chapiteau orange qui s’allumait quand le moteur avait besoin d’eau, c'est à dire à peu près tous les 2 jours.

Merci au gentil monsieur de la station service de Dunedin, car sans lui je crois que nous serions encore en train de regarder le moteur d’un air plus que dubitatif…

P3153200

 

Après quelques crises de rire (de panique ?) quand on déclenchait pour la 5ème fois d’affilée les essuie-glace au lieu des clignotants, et que la 3ème ne voulait décidément pas passer -conduite à gauche oblige, qui plus est avec un boitier de vitesses manuel-, nous n’avons eu plus qu’à gérer les bizarreries des routes néo-zélandaises, comme par exemple ce rond point traversé par des voies de chemin de fer…

P3183350

 

pas de stress, il n’y a qu’à suivre ce qui est indiqué sur les panneaux…

P3183349

 

De nouveaux acteurs aussi, avec dans les rôles principaux Ben, Manu et moi, fidèle au poste depuis 6 mois à ce stade de mon voyage, et ravie de les retrouver après si longtemps !

P3280202P1060289

P3193360

 

Et quelques rôles secondaires, notamment le P’tit tigre, plus que jamais dans l’aventure

P3263301

 

et un invité surprise que nous n’avons malheureusement pas eu la chance de voir, mais que nous avons entendu et qui s’est bien régalé dans notre garde manger : Riton le rat.

Enfin on imagine que c’était un rat, ou en tout cas un rongeur (sans doute petit d’ailleurs car nous n’avons jamais compris comment il avait pu se faufiler dans le van et plus précisément dans nos placards), vu les marques de quenottes trouvées dans notre pain, notre beurre et un paquet de pâtes, alors que nous préparions notre petit déjeuner quelques jours à peine après avoir commencé le trip. Autant dire que Riton, même si nous n’avons aucune certitude sur la date de son arrivée ni celle de son départ, nous aura hantés toute la fin du trip. Le mot est un peu fort, mais nous avons quand même dû mettre en place moult ruses, leurres et autres barricades pour protéger nos vivres tout au long de notre périple.

 

Et puis il y a eu un passage éclair de Basil, notre basilic en pot (oui, on donne des noms aux peluches, aux animaux, aux plantes, je ne vois pas du tout de qui ça vient)… mais malheureusement l’Aerogard (spray anti-moustique à peine agressif) aura eu raison de lui, et quand il a commencé à avoir des taches bizarres sur ses feuilles nous avons arrêté de le consommer et nous avons décidé de le remettre en terre dans un camping. Une bien belle cérémonie.

P3202976

P3202977

 

Malheureusement Manu aura sûrement eu raison en prédisant que le proprio allait sans doute lui passer un coup de tondeuse dessus dès le lendemain en n’y voyant qu’une mauvaise herbe.

 

Quant au décor, fini le désert australien, et bienvenue dans les grands espaces de cet autre bout du monde !

3 semaines de vie au plus proche de la nature.

Déjà parce qu’en Nouvelle Zélande, même sur les routes principales on a l’impression d’être au milieu de nulle part.

Et aussi parce que profiter de la Nouvelle Zélande en van c’est aussi expérimenter soit le camping sauvage (autorisé quasiment partout), soit le camping dans des lieux aménagés mais des plus basiques et perdus au milieu de nulle part P3133145

P3143150

 

généralement des toilettes sèches (un trou dans le sol avec un siège histoire de faire un peu plus propre), et dans le meilleur des cas une arrivée d’eau non potable (mais ce n’était pas systématique).

 

Et même s’il était franchement agréable de prendre une bonne douche après 3 ou 4 jours (ah, mais ils sont sales ils ne se douchaient jamais !!) et bien le fait de se laver les dents sous les étoiles tous les soirs, sans un bruit, sans une lumière, et d’avoir l’impression de faire partie d’un petit groupe de privilégiés avec les quelques autres vans qui partageaient le spot (ou pas d’ailleurs) valait largement ce léger désagrément.

Et se lever chaque jour au bord d’un lac, de la mer ou dans une forêt perdue dans la montagne aussi !

P3173277P3223151P3233179

 

Et puis le rationnement en eau et en électricité quand nous arrivions au 3ème ou au 4ème jour d’autonomie étaient finalement plutôt marrants !

P1060242

 

Et avec du recul, les quelques nuits archi-glaciales (l’isolement du van serait peut-être à revoir un peu…) et ce malgré les couettes, couvertures, sac de couchage, calçons longs, manches longues, chaussettes et même bouillotes, ne m’empêcheraient pas de refaire tout pareil si j’avais la chance de recommencer l’expérience !

 

Prochain article : Nouvelle Zélande, l’île du Sud !

Repost 0
Published by ma-folie-douce - dans Nouvelle Zélande
commenter cet article